London calling : Cây tree

Il y a quelques semaines, je rendais visite à une de mes amies expat Miss Pink, avec Miss Sweet. Londres n’est-il pas la destination idéale pour clôturer notre premier triptyque voyage? Beaucoup plus proche que Madère,  et pas besoin de prendre l’avion comme pour Édimbourg , Londres se trouve à un jet de pierres de Bruxelles ou plutôt devrais-je dire un Eurostar. Ne confondez pas avec le Thalys, les contrôles préalables sont plus longs et le check-in ferme plus tôt, sinon vous risquez quelques mésaventures comme moi, mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Nous avions prévu pour notre arrivée d’aller fêter celle-ci avec un barbecue Coréen, Gogi et pour être très franche avec vous je comptais en faire l’article de ce blog. Je n’écris pas sur tous les restaurants où je mange afin de garder du fun dans les dégustations. Mais j’aimerai conserver la ligne éditoriale de ce blog qui a pour ambition de vous conseiller des restos plutôt que de détériorer la réputation de ceux-ci, et je n’ai pas été particulièrement convaincue par ce dernier et si vous souhaitez mon avis succinct, rendez-vous ici.

La bonne découverte culinaire du week-end a été choisie sur base d’internet, j’avais terriblement envie de pho, vous savez ces soupes-repas vietnamiennes, et Cây tree était recommandé dans le TOP10 des Phos à Londres. Nous voilà donc embarquées pour un trip dans Soho, à la recherche de cette petite perle.  Premier conseil: réservez! Nous n’étions manifestement pas les seules à avoir compris qu’il s’agissait d’un chouette lieu car celui-ci était non seulement plein mais la file d’attente était assez longue, nous avons donc réservé pour un service plus tard. Pas de panique, il ne s’agit pas de ces restos où dès votre plat avalé on vous pousse vers la sortie afin d’optimiser le nombre de services, mais le lieu reste bruyant et il ne s’agit pas non plus d’un endroit où on resterait toute la fin de soirée à siroter tout le verger après son repas.

Deuxième conseil: venez l’esprit ouvert. J’étais tellement coincée sur l’idée de prendre un pho que je me suis retrouvée bien ennuyée quand j’ai vu cette carte aussi large qu’alléchante.

Troisième conseil: arrivez l’estomac vide. Le service est aimable et rapide donc si vous avez une idée de ce que vous souhaitez avaler, vous recevrez assez vite le met de votre choix et les portions ne sont pas petites.

Ci dessous le Pho signature, un pho à la fois épicé (pas très piquant) et subtil au bon goût de cacahuète bien prononcé. Si vous ne le précisez pas, seules des baguettes vous seront fournies. On y retrouve pas mal de viande, qui contient pas mal de graisse c’est vrai, mais est pleine de goût.img_7794-1.jpg

Leur pho classique est excellent pour goûter un premier Pho, très léger certain.e.s le qualifieront peut-être de trop neutre, mais en y prêtant attention une palette subtile de saveurs s’en dégage.

IMG_7793 (1)

Enfin, Miss Pink s’est essayée au Bun Bo Bué, la version épicée du Pho en provenance de Hué, l’ancienne capitale impériale. On y retrouvait à profusion du cake de crabe, absolument terrible selon elle, de la pâte de crevettes mais aussi du bœuf, ou de la citronnelle.IMG_7792

Quand on pense que ces portions coutent une quinzaine d’euros, on ne se sent vraiment pas volé.

Au niveau du service, rien à redire, le personnel est à l’écoute et prêt à nous aider sur la moindre demande. Le lieu est bruyant mais cela est du au nombre de couverts présents, la rançon de la gloire j’imagine. Enfin, ce que je trouve personnellement très bon signe, on y retrouve bon nombre d’asiatiques, peut-on en déduire que la cuisine ressemble à celle d’origine? Je n’oserai le signer mais peut-être bien 🙂

** Bonus London **

Vous êtes à Londres pour plusieurs jours? Vous avez faim et pas envie de manger asiatique? Si vous n’êtes pas regardant sur le budget, pourquoi pas aller faire un tour du côté de Notting Hill. En plus d’une charmante bourgade digne d’un film romantique à la Julia Roberts vous pourriez y découvrir: The Shed.

IMG_7768

Selon moi, The Shed est parfait pour les hipsters, décoré avec des objets de récup’, une dimension qui se veut circuit court (leur propre ferme) et écologique, du maison et de la cuisine soignée.
Si l’endroit revêt un certain charme, le fait qu’il y ait eu une panne d’électricité (et donc de chauffage) juste avant notre arrivée a jeté un froid (ahah!).  Heureusement ils ont de petites couvertures à disposition, mais n’oubliez pas que comme la majorité des endroits de Londres c’est encore du simple vitrage, on sent vite le vent.

D’un point de vue purement culinaire, j’ai apprécié l’expérience, une cuisine londonienne – avec une pointe d’international. Des mets variés avec des associations qui de mon point de vue continental semblaient osées (peut-être moins pour les habituées des Royaumes Unis) mais en tous les cas réussies. Des présentations qui donnaient envie de se lancer sur les plats. Bref c’était très bien.

Mais pourquoi n’ais-je donc pas choisi d’en faire le centre de l’article? Tout simplement car si j’ai apprécié la nourriture, la taille des « tapas » n’était – de mon point de vue – pas en ligne avec le prix, et nous avons du recommander pour assouvir notre faim, ce qui au final nous a amené à une note salée, près de 98£ (environ 110€) pour 3 personnes, sans vin , sans dessert avec une seule limonade par personne me semble un peu rude pour un lunch.

Ceci dit, j’en retiens beaucoup de positif: je referai chez moi des gnocchis au potiron, fromage frais et à l’oseille frite.

IMG_7769

Le fromage maison de chèvre doré au miel et aux amandes était excellent, mais l’excellente surprise du moment était la sole aux amandes, échalottes vin rouge était une tuerie.

Je retiendrai que si LA sainte jacques unique est très bonne avec son kimchi de chou fleur, cela relève plus de la mise en bouche offerte dans de nombreux restos que d’une entrée proprement dite.

Possibilité de manger Vegan, et il y a déjà pas mal d’offres végétariennes à la carte, c’est un plus 🙂

Excellent donc, mais pas le meilleur rapport qualité prix qu’il m’a été donné de découvrir. Ceci dit,  nous avons vu d’autres convives recevoir des plats bien plus grands, nous n’avons peut-être pas eu de chance sur les 8 que nous avons goûté et Miss Pink avait déjà profité de l’autre restaurant de la franchise – The Rabbit – qu’elle nous conseillait.

Peut-être que le mieux au final c’est de vous faire votre propre avis?

Bye bye, see you soon 🙂

One thought on “London calling : Cây tree

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s