Carol’s : les premiers pas d’une future grande cheffe

Ce week-end nous avons été fêter en famille les 60 ans du grand padre. C’est donc d’humeur festive et affamés par une belle balade que nous nous attablons chez Carol’s à Butgenbach dans les Cantons de l’Est.

60 ans, c’est important, c’est donc naturellement que toute la famille était là, y compris le petit teckel d’amour, voilà pourquoi nous étions accueilli du côté brasserie. Une belle intention de la part de l’équipe puisque le côté brasserie se démarque par sa déco mais que la carte est similaire au côté resto.

Nous commençons par un apéritif varié: en effet, une dizaine de bières locales sont disponibles mais aussi du vin, des cocktails et un EXCELLENT cocktail maison au sureau qui réussi le pari d’être sucré sans être du tout écœurant.

Passé une très bonne mise en bouche, nous entamons notre festival d’entrées. Cela devient assez rare qu’un resto permette à autant de gens de prendre chacun un plat unique, chez Carol’s c’est possible, vous pouvez choisir à la carte, même en groupe.  Un menu 3 services est disponible pour 30€ mais chacun avait des envies spécifiques nous avons donc choisi à la carte entre classique et retour du chasseur.

Fan de champignons je commence par l’œuf poché aux champignons des bois et je dois avouer que le niveau d’exécution était terrible: un œuf  au cœur coulant et des champignons pleins de saveurs. Définitivement une entrée à déguster sans modération.

img_6943.jpg

Après une heure, nos plats sont arrivés.  Je commençais à me demander si en ce moment je n’avais pas une malédiction qui me poursuivait de repas qui durent en longueur. Autre bémol chacun reçu son plat à quelques minutes d’écarts. Par contre, mon canard en 3 dimensions était exquis et surtout gargantuesque. Entre le magret, le parmentier de confit de cuisse, et le foie poêlé, je m’en suis mis plein les babines.

img_6940.jpg

Je vous l’ai dit, ils sont flexibles, on a même pu adapter des entrées en plat, et je croyais que c’était leur flexibilité qui avait impacté leur temps de service. Mais non! Un gentil serveur est venu nous expliquer qu’il y avait eu un problème en cuisine, s’est excusé et a offert une tournée générale pour nous remercier de notre patience. Il n’y a pas à dire, le geste a été fortement apprécié par toute la famille.

Mon impression a été qu’il s’agissait d’une erreur anecdotique et que leur professionnalisme allait y palier à l’avenir et que clairement leur côté commerçant permettait de limiter la frustration. Tout mis l’un dans l’autre, entre leur flexibilité, l’accueil, le choix et la réalisation des plats: c’est vraiment un super resto.

Je ne pense pas que je ferai exprès le chemin Bruxelles Butgenbach pour y aller, mais définitivement si je suis dans la région je ferai le détour pour y retourner!

Et si vous souhaitez avoir plus l’eau à la bouche, voici encore deux autres de leurs réalisations du soir.IMG_6942

 

 

 

 

Publicités

Parce qu’on a pas toujours envie de lire l’article en entier… Help

Ces derniers jours, j’ai pas mal discuté avec certains d’entre-vous sur comment améliorer le blog et du coup je regorge d’idées (et évidemment je manque de temps).

J’ai assez accroché sur l’idée d’avoir un récap plutôt visuel de l’article et je cherche donc à créer un logo reprenant quelques icônes pour vous indiquer en un coup d’œil l’essentiel de l’article.  Connaissez-vous quelqu’un prêt à m’aider à mettre en place ceci afin que cela soit visuel attirant?

logo recapv2

Comme vous pouvez le voir, je manque cruellement de talent et de connaissances en photoshop ou autre logiciel d’images. L’aide de quelqu’un de compétent serait donc la bienvenue.

Ce que le logo comprendrait pour chaque article

Like OU Love: comme je ne décris pas les restos que je n’ai pas aimé, vous avez juste le choix entre des restos qui me plaisent à divers degrés ou mes coups de cœur.

Pour qui le resto est-il particulièrement adapté? En amoureux? Entre amis? Avec des enfants? Selon que le logo soit en couleur il le permet selon ce que j’en ai testé, ou gris selon mes standards ou ce que j’en ai vu, ce n’est pas spécialement adapté.

On ne mange pas toujours avec les mêmes personnes ou les mêmes envies. C’est pourquoi je souhaite indiquer clairement s’il s’agit d’un resto qui propose une offre adaptée aux aficionados de la viande (sans que cela soit un resto spécial viande pour autant), qui comporte une offre végétarienne correcte ou encore une offre Vegan. Là aussi, si le logo reste en gris c’est que l’offre n’est pas en ligne avec mes standards de viande, végé ou vegan.

Enfin, un très bon lieu pour manger sur le pouce un croque ne peut pas spécialement être comparé avec un resto gastronomique si on ne précise pas l’écart.  C’est pourquoi j’aimerai aussi préciser s’il s’agit d’un moment sur le pouce, casual ou d’exception.

craft

Si la demande est là, pourquoi pas envisager un petit logo craft beer pour différencier les restos où une carte des bières existe.

cheap

La question qui reste ouverte et sur laquelle j’ai vraiment besoin de votre avis, c’est la gamme de prix: est-ce nécessaire de le visualiser directement? Par ailleurs certains restos ont des menus très bon marché mais sont excessifs à la carte, comment assurer la classification dans ce sens?

Vous connaissez un chouette graphiste? N’hésitez pas à me donner ses coordonnées 🙂

Bonne journée,
WM

 

Miss Jessica?

Bonjour,
Je cherche à joindre Miss Jessica qui m’a contactée via le formulaire. Apparememnt l’adresse mail n’a pas été bien encodée et je ne sais pas te répondre. Pourrais-tu me renvoyer ton adresse mail que je puisse te répondre?
Merci!

Bonne journée,

WM

Miam! La brasserie Lorraine

Quel plaisir, quelle chouette découverte que la brasserie Lorraine.

Petite soeur de la Villa du même nom, la brasserie Lorraine est beaucoup plus jeune et essaye d’attirer les gastronomes en herbe. Entendons-nous bien, elle n’a pas grand chose d’une brasserie si ce n’est peut-être les idées de plat… Mais j’y reviendrai.

Créé en 2009, la Brasserie se définit comme « une brasserie élégante et raffinée… Un décor contemporain particulièrement réussi ». Parlons-en du décor, bien que je ne suis absolument pas spécialisée dans la décoration d’intérieur, j’ai trouvé celui-ci particulièrement hétéroclite, peu intégré et donc en légère discordance avec l’harmonie et le professionnalisme des plats.  Ce n’est pas que je n’appréciais pas l’art présent, c’est que j’ai du mal à comprendre l’ambiance qu’ils ont voulu créer entre les murs lambrissés, les lustres digne d’un repère de chasseurs, le tableau de type street art / collage et celui aux formes géométriques…

IMG_6483 (2)

Passé cette première mise en  question, nous recevons une carte fort alléchante et je dois avouer que j’ai bien du mal à me décider devant la quantité de plats qui me parle. Je finis par opter pour des tagliolinis aux cèpes. Et je suis ravie, la portion est effectivement digne d’une brasserie, mais la qualité dépasse largement la bistronomie que je connais. Les cèpes sont juteux, moelleux avec une consistance parfaite, les pâtes sont à la fois dense, légère et en sauce sans qu’on ait l’impression que l’on baigne dans la sauce. Bref, je suis conquise.

IMG_6484 (2)

Pendant ce temps, Mr Meerkat décide de prendre un foie gras (22€), l’occasion pour lui de comparer sa dernière trouvaille chez Terre de feu (19€).  Selon Mr Meerkat, la foie gras était de qualité similaire, la décoration de la Brasserie Lorraine légèrement supérieure –  plus distinguée et les quantités de la brasserie étaient moins grandes mais largement suffisantes. La différence de prix ne se justifie pas par le plat en tant que tel mais plutôt par l’expérience autour. Les deux étaient donc excellent, pas sur qu’à l’aveugle ce soit la brasserie qui gagne. IMG_6485

La pièce de résistance est sans contexte d’une qualité hors du commun et c’est là qu’on reconnait tout le savoir-faire des grands chefs.

Grande fan de Ris de veau, je n’ai jamais réussi à en cuisiner, raison pour laquelle renoncer à ce plat dans un bon resto est une torture. Pourtant , quelques belles pièces d’Holstein me faisaient hésiter, j’ai donc confié ma décision au serveur qui sans hésitation a conseillé les Ris meunière, girolles et fèves des marais.IMG_6486

Je ne l’ai pas regretté, tout était excellent, de la sauce aux ris en passant par les girolles. Croquants et moelleux, une sauce subtile, savoureuse. Je rêve déjà d’y retourner.

En face, Mr Meerkat se lançait à l’attaque d’un tartare de thon au citron vert, qui a lui tout seul justifie le fait de ce déplacer jusqu’à Uccle.  Ne vous laissez pas tromper par la piètre qualité de ma photo, la portion est largement suffisante et l’éxécution sans faille.IMG_6487

Pas facile d’accompagner des plats aussi différents de vin, nous nous sommes donc laissés guider par le sommelier pour des suggestions au verre et nous n’avons été déçu par aucun, et agréablement surpris par les découvertes néo zélandaises Marlborough.  Si j’en retiens un de la soirée, ce serait le Bel Ouvrage – Damien Laureau, un excellent chenin blanc. Le vin au verre ou au carafon permet donc une belle alternative pour menu bigarré mais aussi pour éviter de devoir prendre plusieurs bouteilles au vu du prix de celles-ci. Car si les plats sont les prix d’une menu gastronomique dans un restaurant, les vins eux jouent directement dans la gamme des restaurants gastronomiques – comptez 80€ la bouteille d’un « petit » vin français.

Personnellement j’étais repue, mais Mr Meerkat, fait rare, avait tellement profité de son repas qu’il a choisi de le prolonger par un moelleux au chocolat dont je tairais les délices.

A noter que si vous souhaitez maitriser votre budget, un menu Bib-gourmand est disponible pour la somme de 37€ et à ce prix là, ce serait dommage de s’en priver.

En conclusion, bien qu’ils se définissent comme une brasserie, le niveau d’exécution est très largement supérieur à la moyenne des restaurants dit-gastronomiques et si le service est plus léger qu’à la Villa, il n’en reste pas moins beaucoup plus soutenu que dans une brasserie. La carte des boissons n’est pas non plus en ligne avec ma définition de brasserie.

Vous cherchez un repas sur le pouce ou une bouffe bonne franquette, passez votre chemin. Vous avez un évènement à fêter ou souhaitez vous faire plaisir et n’avez pas envie d’un service tiré à quatre épingles ni d’une musique d’ascenseur en arrière plan entouré de vieux bourgeois, vous êtes au bon endroit.

 

En tous cas, nous, on y retournera!

 

A l’ombre de la ville: la découverte aigre douce

La curiosité attisée par le post de Belge une fois, j’avais moi aussi envie de me faire un avis sur le magique A l’ombre de la ville.

C’est une découverte tout en nuances que j’ai vécue dimanche soir, alternant les côtés franchement sympas et quelques petites déconvenues.

Le resto se situe non loin de la porte de Namur à Bruxelles dans une petite ruelle où l’on découvre une table discrètement placée près de la devanture. Le logo est superbe et représentatif du côté délibérément romantique.

L’ambiance, le cadre, la déco est franchement un des plus de ce resto et si je devais y associer un seul mot ce serait POÉTIQUE.  On entre dans une maison tout en longueur dans une première pièce, ancienne épicerie qui en conserve le charme avec ses paniers à fruits et légumes.  Par contre, je me demande toujours pourquoi ceux-ci ne sont pas en lien avec les plats à la carte.  Et on traverse celle-ci pour retrouver une table au fond dans un décor bleu turquoise qui me ravit vu qu’il s’agit de mes couleurs préférées. C’est sur, je suis dans l’humeur idéale pour déguster entre amies.

Image may contain: people sitting, table and indoor(1)

Et la vue sur la terrasse me fait déjà envisager d’y revenir au printemps…(2)

Image may contain: plant, table and indoor

Après quelques minutes, la serveuse tout sourire, nous propose l’apéro: ici pas de carte, c’est donc à l’aveugle que l’on choisit entre un Cava aromatisé à l’hibiscus/violette/pastèque ou un Martini Rosato ou un Gin tonic.
J’opte pour le Gin et je suis à nouveau visuellement ravie: le verre est très généreux, la soirée va vite décoller. Dommage quand même que la serveuse n’ait aucune idée du gin choisi et que le goût de celui-ci soit largement noyé dans le sirop d’hibiscus. J’ai quand même fini par diluer mon verre à l’eau pétillante… Mais peut-être est-ce lié au fait que je ne suis pas très sucrée.

Une tasse de thé en porcelaine est un support de mise en bouche intéressante pour nous servir une bon petit velouté de potiron. Dommage que celui-ci soit si petit.

D’autant plus dommage qu’il nous a fallu une heure pour recevoir la carte, ce qui me fait quand même tiquer à partir du moment où les horaires de réservation sont imposés (3 tranches possibles) et où donc j’imagine qu’ils sont rodés. Évidemment, c’est un dimanche soir, ils ont peut-être eu une dure semaine mais j’avais faim…

En entrée, c’est la poêlée de champignons des bois et œuf de caille qui a retenu mon attention. Très bon, simple, mais une sauce subtile qui sait nous donner envie de racler allégrement tout le plat avec le pain. IMG_6461 (2)

Pendant ce temps, Miss cheerful se lance sur les crustacés et reçoit une très jolie saint jacques. Si j’ai bien compris, c’était bon mais avec un goût de trop peu, pas l’idéal donc mais sympa.

IMG_6462 (2)

Au niveau des boissons, une formule que je trouve assez cool: tous les vins sont au même prix (mais que je ne connais pas avant de découvrir la note), et sont disponibles au verre ou à la bouteille de quoi faire quelques chouettes découvertes. On nous propose ici le choix entre 2 rouges un espagnol et un italien. Si je suis conquise par la formule, ce n’est pas spécialement le cas par les vins, ils sont corrects mais pas spécialement à mon goût.

Au niveau des plats, nous choisissons toutes les trois une voie différente, la première opte pour un risotto que j’ai personnellement trouvé bon mais un peu fade.

IMG_6464 (2) La seconde valide un filet de cerf qui m’a semblé très bien préparé et avec une jolie garniture et on comprend l’utilisation de leur #wealllovevegetables

img_6465.jpg

Personnellement je n’avais pas résisté à lorgner la page facebook avant d’y aller, et en voyant cette photo (3) : Image may contain: flower and food

je ne pouvais que craquer sur ce veau grillé aux girolles, vitelotte et châtaignes.

Malheureusement pour moi, le chef n’avait plus de girolles à disposition, et nous ne l’avons appris qu’une fois l’assiette à table. Vu que j’avais choisi le plat dans ce but, j’étais assez déçue. Notons qu’ils ont décompté 4€ du plat vu le manque de girolles et rajouté une portion de purée vitelotte après. Finalement, mon assiette ne ressemblait pas du tout à la photo Facebook ultra attirante mais elle restait  gourmande et j’aime le fait qu’un chef puisse utiliser sa créativité du jour.

IMG_6466 (2)

On ne nous a pas proposé de dessert, dommage nous avions encore un petit creux, probablement un mix entre les discussions entre copines, le vin et l’attente.

Arrive la note et je dois avouer qu’en sortant, nous la trouvions toutes les trois un peu salée. En la revoyant à tête reposée, 170€ pour 3 inclus apéro, entrée plat et 2,5 verre de vin par personne, n’est pas spécialement excessif. Un chouette MERCI personnalisé sur la note m’a quand même fait plaisir. Une fois de plus un point aigre doux donc.

Pour résumer je dirais donc qu’il s’agit d’un cadre vraiment poétique et différent qui vaut le détour, d’une cuisine intéressante. L’expérience ne m’a pas complètement convaincu mais si on m’y invitait je serai prête à laisser une autre chance car j’ai vraiment eu l’impression d’un potentiel supérieur et qu’il ne s’agissait pas de leur meilleure journée.

Et vous, qu’en avez-vous pensé?

Bonne journée,

WM

Crédits : 

Photos 1 / 2/ 3 ambiance et décor issues de la  page facebook du restaurant

Photo by Clélia Mathieu Photography

 

Terre de feu, et si on mangeait en famille?

En tous cas, c’est l’impression que cela donne, manger en famille, tellement Angelo, le patron/cuistot/serveur/conseiller en vin est accueillant.

TERRE DE FEU(1)

Loin du restaurant de viandes argentin que le nom pourrait laisser présager, on se trouve ici face à une cuisine traditionnelle. Fermez les yeux, et imaginez, votre grand-mère vous servant des plats généreux (tu en reprendras bien un petit peu?), gouteux, en sauce…. Bon, cela ne fonctionne que si votre grand-mère cuisine super bien, car on est loin des carbonnades élastiques, le restaurant a un certain niveau.

Familial car on s’y sent comme chez soi, accueilli avec ce sourire qu’un vieil ami qui vous retrouverait aurait en vous reconnaissant. Familial car on sort de là, la peau du ventre bien tendue.  Familial car on s’adapte avec plaisir aux intolérances signalées en dernière minute, et même plus, le menu est adapté pour tous afin que l’on puisse tous profiter de l’upgrade girolles. Familial car les petits bouts sont les bienvenus, d’ailleurs le patron vous prévient directement « d’ici la fin de la soirée, le petit loup finira dans mes bras ».

On le sent, le patron aime cuisiner et a envie de partager sa passion sans chichis. C’est savoureux, sans être sophistiqué. C’est généreux, sans être lourd (mais promis, vous n’aurez plus faim). L’ambiance y est décontractée et pimentée de petites blagues, sans être potache.

Nous avons craqué pour le menu gibier, 49€. Ne vous laissez pas avoir par la mise en bouche, ces rillettes de saumon sont gourmandes et donnent envie d’être étalées encore et encore sur le pain tout chaud, mais la suite sera encore meilleure, ce serait dommage d’être calé par la mise en bouche.

Pour commencer, une entrée de carpaccio de cerf à l’huile de champignons sauvages. Ayant entendu que nous adorions les champignons et vu que Miss Grelot est intolérante au lactose, nous avons eu la chance d’échanger le parmesan contre des girolles à l’ail.
D’habitude, je considère que le carpaccio de cerf, c’est surfait par rapport à un bon bœuf maturé, mais ici j’ai vraiment trouvé l’accord ail-girolles super intéressant.  Mr Meerkat ayant décidé de faire l’original, n’a pas pris le menu, et a donc choisi en entrée le foie gras. Une fois de plus, on retrouve la générosité du patron puisqu’il amène une portion XL en disant « vu que tout le monde va vouloir goûter…. », et il a raison, vu la qualité du foie gras, tout le monde a goûté. Attention, pas de pâté ici, un vrai foie cuit au torchon, accompagné de son chutney de kaki-pomme.  On remarque ici le choix de fruits de saison et le kaki-pomme est excellent.

Photo of Terre de Feu - Chaumont-gistoux, Brabant Wallon, Belgium. Entrée fois gras(2)

On continue le repas avec un filet de biche aux griottes et cointreau. Là aussi, pas de doute, le patron aime partager: les morceaux de filet sont de taille brasserie, mais leur cuisson et tendresse relève clairement du restaurant. Pendant ce temps, Mr Meerkat goûtait à la carte la cote de biche sauce grand veneur.

terre de feu(3)

La viande est juteuse, la cuisson réussie, le morceau est clairement la pièce centrale de part sa taille et son travail. Les accompagnements sont bons, simples, mais pas spécialement à retenir.

Pour finir le menu, nous choisissons Mr Beard & moi-même l’assiette de fromages, qui a l’avantage d’être servie à bonne température. C’est fou le nombre de restos qui servent le fromage ultra froid. Une très bonne façon de terminer la journée.

Verdict? Un excellent moment, j’ai bien mangé, je me suis sentie vraiment à l’aise, et les portions généreuses m’ont fait me sentir à la maison. Pas de doute, le rapport quantité-prix n’est pas du tout surfait. La qualité est aussi présente, c’est certain, mais peut-être pas le raffinement que je recherche à ce prix-là.

J’y reviendrais. Si j’habitais dans le coin, je deviendrais probablement une habituée, pour un plat , car c’est vraiment agréable de trouver un resto aussi sympatoche, généreux, sans chichi, où l’on mange bien avec de la recherche mais sans spécialement de finesse ou d’association osée.

N’hésitez pas à passer la porte et à découvrir Terre de feu …

 

 

 

Ps: aimer l’ail est un plus pour apprécier la cuisine ici 🙂

 

 

Légende photos:
Comme vous le savez, je n’aime pas prendre des photos au restaurant. Une fois de plus j’ai donc oublié de mitrailler en mangeant.  Les photos sont donc extraites de différents sites internet, mais sont toutes représentatives de ce que nous avons expérimenté.

(1) : https://www.resto.be/restaurant/chaumont-gistoux/1325-chaumont-gistoux/1097-terre-de-feu/#/step1

(2) : Yelp par Chris G. 2016
https://www.yelp.com/biz_photos/terre-de-feu-chaumont-gistoux?select=Ec4ox5F5J1rP03Yyt6CeuA

(3) Trip Advisor par Sabrina F. 2015

https://fr.tripadvisor.be/Restaurant_Review-g2364587-d3706094-Reviews-Terre_de_Feu-Chaumont_Gistoux_Walloon_Brabant_Province_Wallonia.html#photos;geo=2364587&detail=3706094&ff=154166765&albumViewMode=hero&aggregationId=101&albumid=101&baseMediaId=154166765&thumbnailMinWidth=50&cnt=30&offset=-1&filter=7&autoplay=

 

 

Le Selecto, la ripaille intéressante

« Un resto qui a la bistronomie dans le cœur, la convivialité dans le sang, et la ripaille intéressante », voilà comment se décrit Le Selecto en ouverture de son site web.

La bistronomie est à la fois pour un moi un concept extrêmement intéressant et malheureusement souvent un mauvais compromis où le resto se veut + haut de gamme que le raffinement qu’il réussit à atteindre et où les portions ont fondus de manière inversement proportionnelle à la note. J’ai donc peu tendance à sélectionner ce type de resto car je préfère un côté franchouillard assumé ou une vraie expérience gastronomique, mais il m’avait été recommandé par quelqu’un qui a compris mes goûts, et je n’ai pas été déçue.

Situé entre le canal et Dansaert, le Selecto offre une localisation intéressante si on veut coupler l’évènement à une soirée ciné. D’emblée en rentrant dans le bistrot, on sent l’approche conviviale. On vous fait de la place, on vous mets à l’aise. Le côté bistronomique est totalement assumé puisque pour l’apéro on reçoit des rillettes pour accompagner au choix aussi bien une coupe de champagne, qu’un verre de vin ou encore une carte de bières peu fournie mais intéressante.

Le concept est assez simple, des menus 2 (36€) ou 3 (42€) services à choisir à la carte ou en suggestion: facile, pas de prise de tête sur l’addition des plats à la carte pour savoir ce qui est le plus intéressant financièrement parlant, c’est limpide: petite faim ou grande faim.

Après une petite mousse de la Brasserie de la Senne, nous avons opté pour le menu 2 services: entrée et plat.  Perso je suis tout de suite mise à l’aise, face à mes questions par rapport aux suggestions: pas de rond-de-jambe, des réponses franches directes et étayées. Quel plaisir!

C’est donc sur les conseils de la serveuse que je démarre avec un mille-feuille de saumon extra-doux, aux fruits et légumes à l’orientale sur un lit de saint jacques.

selecto1

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une très fine couche tendre de lasagne entre le saumon. Le choix des fruits et légumes exotiques se combine vraiment bien avec l’ensemble et l’accompagnement d’un vin au verre est remarquable sur le choix du vin , un Froggy wine de chez Luneau Papin, encore un autre bon conseil des serveurs.

Pendant ce temps, Mr Meerkat, penche pour un généreux carpaccio de boeuf au foie gras et champignons. Très bon, le carpaccio pêche un peu par sa générosité en terme d’épaisseur de tranches, mais vu la quantité limitée de foie gras, ce n’est pas un souci. C’est très bon bien que cela ne soit pas le meilleur carpaccio que je connaisse.

selecto2

Pour accompagner l’entrée de Mr Meerkat et le plat à venir, nous choisissons un côte du Rhone, Chat fou, vraiment TRÈS sympathique, que je chercherai d’ailleurs dans le commerce pour d’autres occasions. Si vous voulez gouter, vous trouverez une review ici.

La bonne nouvelle c’est qu’il allait aussi bien avec l’entrée , qu’en complément de la souris d’agneau cuisson lente accompagnée de ses carottes déglacées aux agrumes. Cela faisait longtemps que je n’avais pas apprécié à ce point de l’agneau, entre le côté externe très légèrement croustillant et l’intérieur fondant et juteux, c’était juste fantastique. Et cela se mariait tellement bien avec la purée onctueuse, relevée par les carottes. selecto3

Comme vous le voyez, on ne sort pas de là en ayant faim et ce même sans avoir pris l’option dessert.  Et pour 36€, je pense avoir profité d’un bon rapport qualité prix, avec de chouettes conseils et un côté bonne franquette qui me plaisait beaucoup. Un seul bémol, il n’y a pas d’option végétarienne,  j’avoue ne pas avoir demandé explicitement si on pouvait créer des plats à la demande mais avoir au moins un plat à la carte me semble un oubli dommage.

J’ai bien l’intention d’y retourner, cette fois ci avec des amis car j’en connais quelques-uns qui vont se lécher les babines et vont aimer la carte des vins…

A bientôt,

 

Cheeeeeeese. Vive le fromage

Amoureux du fromage? Moi aussi!

C’est pour cela que je répertorie sur cette page un certain nombre de lieux qui me permettront d’en goûter plus.

 

Boire un verre, c’est cool! C’est donc tout naturellement que je m’inscris d’aller très bientôt tester le bar à fromage : La fruitière

Un retour à l’enfance?
Quand j’étais petite j’ai eu l’occasion de goûter quelques affinages de Jacquy Cange – fromager affineur , cela fait quelques temps que je me dis qu’il serait sympa d’y refaire un tour pour voir comment mes goûts ont évolué par rapport à cet artisan fromager.

Des recommandations? N’hésitez pas à suggérer de nouvelles idées de découvertes 🙂

The Black Sheep : international bistropub

So, you are interested in good beers, fish’n’chips, chicken dips or burgers? You are at the right place: near Flagey, enjoy The black sheep

Que les plus francophones d’entre-vous se rassurent, bien qu’il s’agisse d’un pub où l’on parle allégrement anglais et où une clientèle internationale se côtoie, on y retrouve toutes les facilités en français.

On va au Black Sheep pour …

L’ambiance sympa, affable. Calme avant 21H. Souvent internationale, bruyante après 23h. On aime ou on aime pas, mais ca a un charme particulier.

La liste de bières variées et internationales. Des crafts beer tendance comme la Vuur & Vlam de De Molen aux traditionnelles comme la Triple Karmeliet en passant par la Guiness au fut. Il parait que leurs cocktails valent le peine d’être connus, mais je ne peux m’empêcher de foncer d’abord sur la carte des bières.

cheers

Le vendredi soir pour la découverte d’un live band, un groupe souvent un peu rock qui vient égrener quelques notes et réchauffer l’ambiance.

Et puis, personnellement, je viens aussi pour les petits plats qu’ils y servent, super sympa à partager entre amis. Mes préférés? Les chicken dips, généreux, croquants, croustillants et moelleux à l’intérieur: un délice. Selon moi, les meilleurs que j’aie goûté à Bruxelles. black sheep

Ils existent en deux versions: cacahuètes ou épicées. Comptez 10 €.
Ils servent aussi de grands plateaux à partager qui permettent de satisfaire plusieurs palais à 22€ , là aussi déclinés en deux variantes.

chicken dips

La carte se complète par des tempuras de légumes superbes, malheureusement cela ne me semble pas assez complet pour fournir un repas végétarien sain.
On notera aussi une offre assez vaste de burgers.
Dommage, pas une seule option ne semble disponible pour nos amis vegan, ou en tous cas, elle ne saute pas aux yeux.

Will we meet at The Black Sheep?

L’Anti Pasto : une cuisine simple et savoureuse

C’est quand même sympa de pouvoir manger de temps en temps une cuisine simple et sans prise de tête. Et à ce niveau là, la cuisine italienne offre de très chouettes compromis dans les restos milieu de gamme.

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de l’Anti Pasto. Un restaurant italien simple et savoureux à Zellik.
On y trouve une large gamme de pâtes entre 12€ et 17,5€ dont 5 sortes sont végétariennes.

Aujourd’hui, nous avons craqué sur de simples carbos et il faut avouer qu’elles sont très sympas. La pâte est goûtue, ferme. La garniture simple mais bien équilibrée et pas trop grasse pour un carbo à la belge.carbo2Pour y avoir déjà goûté quelques autres plats de pâtes, je n’ai aucun scrupule à vous recommander les spaghettis Bruschetta (tomates cerises, roquette, parmesan, huile d’olive) ou les cannellonis ricotta épinards (à éviter si vous avez tendance à piquer du nez après un repas consistant).

Leur carte des pizzas, cuites au feu de bois, séduira les amateurs du genre et vous pourrez revenir une trentaine de fois afin de toutes les gouter.

Évidemment, on trouve les traditionnels plats de viande ou de poisson. Comme par exemple, l’escalope de veau Saltimbocca à la romaine. A nouveau on retrouve un plat équilibré et une portion généreuse en goût.

saltimbocca

Selon le marché, le chef ajoute aussi à la carte une série de suggestion. Typiquement, on retrouve régulièrement à cette saison des cèpes frais ou autre espadon.

C’est sympa en amoureux pour l’ambiance un peu feutrée ou en petit groupe d’amis mais les grands groupes risqueront de s’y sentir à l’étroit.  Pas de souci non plus pour un business lunch, les serveurs sont discrets et il est possible de demander à table à l’écart.

Un regret? Ne pas y avoir encore goûté la carte des vins. Si vous avez eu cette occasion, n’hésitez pas à partager votre point de vue.

Bon appetito