Une visite du chateau d’Edimbourg? Après l’effort, le réconfort au Cannonball

Bonjour,

J’espère que vous êtes bien remis des fêtes et prêts à déguster les nouvelles surprises que le monde nous réserve. Vous êtes plutôt temps gris que ciel bleu, médiéval que méditerranéen, anglais que portugais, £ vs €, vol très court (<2h), vs vol moyen (<6h) alors plutôt que Madère (voir volet 1 du triptyque), préférez Édimbourg. Pour le deuxième volet de ce triptyque voyage, je vous propose de découvrir Cannonball de la famille Contini à Édimbourg.

Parties entre copines, découvrir cette jolie cité médiévale, ce joyau de l’Écosse nous a permis de papillonner dans quelques lieux gourmands, de l’échoppe de fudge artisanal (caramel mou) au gastropub The devil’s advocate , en passant par un excellent brunch  au Clarinda’s tea room, ou encore un repas facile à l’indien en face du théâtre. Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’une des trois enseignes de la famille Contini, celle située en haut de l’avenue Cannongate, contre le château d’Edimburgh.

J’aime ce décor chargé, aux superbes fauteuils confortables, boiseries qui semblent lourdes d’histoire,  lumières tamisées et ambiance feu de bois.

Cannonball Restaurant & Bar(1)

Nous cherchions un lieu gourmand pour nous réchauffer, et quoi de plus réconfortant qu’un traditionnel mac’n’cheese?

IMG_7083 (1)Le bon vieux macaroni au fromage ici existe en deux versions, traditionnelle au cheddar saupoudré de chou-fleur grillé ou la version premium « Lobster Thermidor macaroni cheese »  qui comme son nom l’indique intègre directement du homard frais écossais dans le nettement moins traditionnel macaroni. Celui-ci n’est donc plus agrémenté de cheddar mais de « Isle of Mull cheese » un fromage en provenance directe d’un fermier écossais.

IMG_7082 (1)

On compte 21£ pour la version premium vs 12£ pour le traditionnel, et si certes la version premium a petite touche très intéressante, on la trouve un peu chère pour le résultat.

Ayant entendu vanter les mérites de la poitrine de porc écossaise, je me suis laissée tenter parce dernier aromatisé au romarin. Comme la photo le laisse prédire, nous ne sommes pas dans de la fine gastronomie mais plutôt dans le plat en sauce qui réchauffe.

IMG_7081

Goûtue, elle se défait sans être filasse, l’extérieur a été caramélisé et ce cela apporte une nuance sympa. La purée quant à elle contient probablement une bonne motte de beurre, heureusement j’aime cela.  Les légumes sont croquants et on ne regrette pas qu’ils baignent dans la sauce même si un peu trop sucrée à mon goût.  Un très bon plat de brasserie, mais pour 18£ c’est plus la localisation touristique qui justifie son prix que l’exécution bien que bonne.

Une belle carte de whisky est disponible, le resto fournit de plus grandes salles ainsi qu’un fumoir dédié aux cigares si vous souhaitez la jouer Churchill avec votre tourbé.

A noter les prix mentionnés ci dessus sont les prix « lunch », le soir la carte change certains plats ne sont plus disponibles (cf macaronis), de nouveaux apparaissent et ceux qui y restent sont plus chers (ex: la poitrine de porc est à 20£ au lieu de 18£).

Une jolie brasserie, avec un très bon rapport localisation-qualité-prix. Si vous ne jouez pas les touristes par contre, c’est peut-être un chouia trop cher, mais pas de beaucoup.  Si je repasse devant je n’hésiterai pas à y remanger, mais je ne ferai pas le détour explicitement pour y aller.

 

Légende : 1 photo extraite du site internet du restaurant.

Ps 2: je mens un peu, il y a évidemment moyen d’avoir du ciel bleu aussi à Édimbourg, la preuve avec cette photo à la sortie du resto. IMG_7091

Publicités

Comme un Echte Brusseleir, mangez à la brasserie de la gare

IMG_6939

Quand on pense à Bruxelles, on pense rarement à Berchem-Sainte-Agathe, et pourtant lové contre la gare, à deux pas du Basilix shopping center se trouve une petite perle d’antan. Une brasserie bien Brusseleir, où vous n’êtes ni flamand ni wallon mais bien belge, mais pas de panique si vous êtes étranger vous y serez aussi accueilli à bras ouverts.

Ne vous laissez pas avoir par le triste localisation et son environnement terne, il vaut mieux réserver. Le midi, l’endroit est généralement peuplé par les habitués ou les employés des entreprises avoisinantes qui viennent se délecter d’un traditionnel Américain frites ou du plat signature de l’enseigne : le feuilleté de poularde.

Il faut que je vous confesse que ce plat, j’en ai déjà mangé des dizaines tellement je l’apprécie. Ce n’est probablement pas la description que le chef en ferait mais pour moi il s’agit du meilleur vol au vent de Bruxelles. Onctueux, généreux, on y retrouve ces bouts de volaille qu’on avait fini par oublier à force de ne manger que du blanc. Accompagné d’une bonne portion de frites, le plat à tendance à appeler à la sieste. Et pourtant, on en reprend, on y revient pour ce feuilleté, tellement le mélange entre la sauce qui surplombe le feuilleté et celle dans laquelle nage le poulet se marie bien. Entendons-nous bien, nous ne sommes pas ici dans un restaurant étoilé, mais vraiment dans une excellente brasserie à la belge.

En soirée, pourquoi ne pas déguster un plat traditionnel? Un cabillaud royal sauce mousseline par exemple? En tous cas, si vous aimez les sabayons, ne ratez pas celui au champagne: une petite tuerie.

Au delà de la restauration en tant que tel, on peut apprécier l’endroit malgré sa mauvaise acoustique (le lieu est vraiment bruyant). Le bâtiment date du début 20ème et a été restauré en 1995, tout en conservant son charme typiquement Bruxellois. On retrouve de nombreuses fresques teintées d’humour belge et agrémentées de personnages de bande dessinées.  La décoration se retrouve jusque dans les set de table représentant une carte géographique dont chaque localisation est un mot typiquement Bruxellois, une vraie leçon de Zwanze 🙂

Le personnel est tellement sympa qu’on a presque l’impression de les connaître et ils n’hésitent pas à s’adapter en fonction de vos besoins.

Évidemment on y retrouve quelques bières classiques belges, mais on a aussi la chance d’y retrouver quelques perles de la Brasserie de la Seine, parfait pour compléter l’expérience Brusseleir jusqu’au bout.

N’hésitez pas à faire un petit détour par Berchem-sainte-agathe, le train est juste à côté, la Stib s’arrête à 2 pas, et vous êtes en face du Carrefour Hyper donc pas de problème de stationnement.  Et qui sait, on s’y croisera peut-être un jour, chacun à déguster cette fameuse poularde…

 

 

Carol’s : les premiers pas d’une future grande cheffe

Ce week-end nous avons été fêter en famille les 60 ans du grand padre. C’est donc d’humeur festive et affamés par une belle balade que nous nous attablons chez Carol’s à Butgenbach dans les Cantons de l’Est.

60 ans, c’est important, c’est donc naturellement que toute la famille était là, y compris le petit teckel d’amour, voilà pourquoi nous étions accueilli du côté brasserie. Une belle intention de la part de l’équipe puisque le côté brasserie se démarque par sa déco mais que la carte est similaire au côté resto.

Nous commençons par un apéritif varié: en effet, une dizaine de bières locales sont disponibles mais aussi du vin, des cocktails et un EXCELLENT cocktail maison au sureau qui réussi le pari d’être sucré sans être du tout écœurant.

Passé une très bonne mise en bouche, nous entamons notre festival d’entrées. Cela devient assez rare qu’un resto permette à autant de gens de prendre chacun un plat unique, chez Carol’s c’est possible, vous pouvez choisir à la carte, même en groupe.  Un menu 3 services est disponible pour 30€ mais chacun avait des envies spécifiques nous avons donc choisi à la carte entre classique et retour du chasseur.

Fan de champignons je commence par l’œuf poché aux champignons des bois et je dois avouer que le niveau d’exécution était terrible: un œuf  au cœur coulant et des champignons pleins de saveurs. Définitivement une entrée à déguster sans modération.

img_6943.jpg

Après une heure, nos plats sont arrivés.  Je commençais à me demander si en ce moment je n’avais pas une malédiction qui me poursuivait de repas qui durent en longueur. Autre bémol chacun reçu son plat à quelques minutes d’écarts. Par contre, mon canard en 3 dimensions était exquis et surtout gargantuesque. Entre le magret, le parmentier de confit de cuisse, et le foie poêlé, je m’en suis mis plein les babines.

img_6940.jpg

Je vous l’ai dit, ils sont flexibles, on a même pu adapter des entrées en plat, et je croyais que c’était leur flexibilité qui avait impacté leur temps de service. Mais non! Un gentil serveur est venu nous expliquer qu’il y avait eu un problème en cuisine, s’est excusé et a offert une tournée générale pour nous remercier de notre patience. Il n’y a pas à dire, le geste a été fortement apprécié par toute la famille.

Mon impression a été qu’il s’agissait d’une erreur anecdotique et que leur professionnalisme allait y palier à l’avenir et que clairement leur côté commerçant permettait de limiter la frustration. Tout mis l’un dans l’autre, entre leur flexibilité, l’accueil, le choix et la réalisation des plats: c’est vraiment un super resto.

Je ne pense pas que je ferai exprès le chemin Bruxelles Butgenbach pour y aller, mais définitivement si je suis dans la région je ferai le détour pour y retourner!

Et si vous souhaitez avoir plus l’eau à la bouche, voici encore deux autres de leurs réalisations du soir.IMG_6942