Comme un Echte Brusseleir, mangez à la brasserie de la gare

IMG_6939

Quand on pense à Bruxelles, on pense rarement à Berchem-Sainte-Agathe, et pourtant lové contre la gare, à deux pas du Basilix shopping center se trouve une petite perle d’antan. Une brasserie bien Brusseleir, où vous n’êtes ni flamand ni wallon mais bien belge, mais pas de panique si vous êtes étranger vous y serez aussi accueilli à bras ouverts.

Ne vous laissez pas avoir par le triste localisation et son environnement terne, il vaut mieux réserver. Le midi, l’endroit est généralement peuplé par les habitués ou les employés des entreprises avoisinantes qui viennent se délecter d’un traditionnel Américain frites ou du plat signature de l’enseigne : le feuilleté de poularde.

Il faut que je vous confesse que ce plat, j’en ai déjà mangé des dizaines tellement je l’apprécie. Ce n’est probablement pas la description que le chef en ferait mais pour moi il s’agit du meilleur vol au vent de Bruxelles. Onctueux, généreux, on y retrouve ces bouts de volaille qu’on avait fini par oublier à force de ne manger que du blanc. Accompagné d’une bonne portion de frites, le plat à tendance à appeler à la sieste. Et pourtant, on en reprend, on y revient pour ce feuilleté, tellement le mélange entre la sauce qui surplombe le feuilleté et celle dans laquelle nage le poulet se marie bien. Entendons-nous bien, nous ne sommes pas ici dans un restaurant étoilé, mais vraiment dans une excellente brasserie à la belge.

En soirée, pourquoi ne pas déguster un plat traditionnel? Un cabillaud royal sauce mousseline par exemple? En tous cas, si vous aimez les sabayons, ne ratez pas celui au champagne: une petite tuerie.

Au delà de la restauration en tant que tel, on peut apprécier l’endroit malgré sa mauvaise acoustique (le lieu est vraiment bruyant). Le bâtiment date du début 20ème et a été restauré en 1995, tout en conservant son charme typiquement Bruxellois. On retrouve de nombreuses fresques teintées d’humour belge et agrémentées de personnages de bande dessinées.  La décoration se retrouve jusque dans les set de table représentant une carte géographique dont chaque localisation est un mot typiquement Bruxellois, une vraie leçon de Zwanze 🙂

Le personnel est tellement sympa qu’on a presque l’impression de les connaître et ils n’hésitent pas à s’adapter en fonction de vos besoins.

Évidemment on y retrouve quelques bières classiques belges, mais on a aussi la chance d’y retrouver quelques perles de la Brasserie de la Seine, parfait pour compléter l’expérience Brusseleir jusqu’au bout.

N’hésitez pas à faire un petit détour par Berchem-sainte-agathe, le train est juste à côté, la Stib s’arrête à 2 pas, et vous êtes en face du Carrefour Hyper donc pas de problème de stationnement.  Et qui sait, on s’y croisera peut-être un jour, chacun à déguster cette fameuse poularde…

 

 

Publicités

Dynamo bar: portrait d’un passionné

No automatic alt text available.

A deux semaines de son week-end Serbe je ne résiste pas à vous dresser le portrait d’un barman  pas tout à fait comme les autres.

Pour lui, la craftbeer ce n’est pas une tendance, c’est une passion. Ce brusseleir épicurien a lâché son job à la city pour créer le bar de ses rêves dans sa ville d’origine : Bruxelles.

Lui, c’est Greg, le patron du Dynamo Bar. Son bar, c’est sa vie.
dynamo

Avenant : passionnés de craft beer ou néophyte, tout le monde est le bienvenu au Dynamo. Et il n’est pas avare de conseil, il aura toujours une bière à vous faire découvrir qui correspondra à vos goûts.

Connecté: vous pouvez toujours savoir en avance ce qu’il y aura à la carte, il suffit de regarder sur Untappd. Sans surprise, on retrouve du wifi sur place, à vous les nouveaux badges.

Didactique : vous êtes brasseurs amateurs? N’hésitez pas à rejoindre une des homebrewing nights, l’occasion de suivre une petite conférence ou de discuter entre amateurs afin d’améliorer votre précieux jus. Vous ne brassez pas? Il y a régulièrement d’autres évènements: que ce soit l’accord chocolat bière ou encore découvrir la différence entre cask & kegs, bref tout est fait pour que vous découvriez de nouvelles facettes de la bière.

Fun: en plus d’être un lieu agréable, le dynamo co-organise régulièrement des jeux, des bières et plus qu’une fois. L’occasion de venir profiter de la ludothèque du bar ou encore celle du DJUF. Vous êtes plutôt jeux vidéos? La Nes est déjà sur place.

Généreux : les bières sont à un prix abordable, le but ici n’est pas de devenir riche mais de partager cet amour de la qualité. De plus, la carte est large et variée avec ses 17 pompes à bières et son stock de bouteilles. N’ayez crainte, si vos copains n’aiment pas la bière du vin et du jus sont disponibles 😉

No automatic alt text available.

International : la scène belge de la craftbeer commence à se secouer et à proposer des bières intéressantes mais se contenter de la Belgique serait dommage. Vous voulez découvrir ce que les portugais de Dois Corvos ou Mean Sardine, les anglais de Beavertown ou Weird Beard Brew, les espagnols de LaPirata , les estoniens Pühaste,  brassent? Vous êtes au bon endroit. Il y a d’ailleurs régulièrement des Tap take over organisés, entendez des moments où la majorité des pompes sont consacrées à une brasserie.
Image may contain: 1 person, textImage may contain: text

 

 

 

Jeune :  trentenaire il soufflera d’ici quelques semaines la première bougie de son bar
House of Cards netflix birthday happy birthday house of cards GIF

Sélectif : seules les bonnes bières auront leur place au dynamo. Mais vu qu’il en faut pour tous les goûts, il n’hésitera pas à vous faire tester votre découverte avant de vous la servir.

Zytologue : il peut vous parler de milles et uns détails sur la bière, passer du temps du temps avec lui, c’est toujours l’occasion d’apprendre de nouvelles choses.

 

Cela vous donne soif? Le dynamo est ouvert du mercredi au dimanche. 

Santé!

 

 

 

 

Le champignon de Bruxelles : une vue différente de la culture

# Souvenir

Il y a quelques temps, Mr Meerkat et moi avons décidé d’aller visiter une des nouvelles champignonnière de Bruxelles, ou peut-être devrais-je dire une champignobière.
Hé oui, l’originalité du projet, en plus de faire de l’agriculture urbaine au cœur des abattoirs d’Anderlecht, c’est de faire de l’économie circulaire et donc de créer à base de restes, en l’occurrence des drêches.

 

L’économie circulaire

coopcirculaire

Image : https://www.lechampignondebruxelles.be/cooperative/

Ce ne sont pas les seuls à Bruxelles à faire de l’économie circulaire locale, on pense notamment à Permafungi qui cultive des pleurotes sur base de marc de café des Exkis locaux , au Brusselsbeerproject qui recycle du pain rassis afin de produire sa bière Babylone, Life is wonderpoule qui incite à remettre les poules dans nos ménages afin de diminuer les déchets et des produire: des œufs…  Bruxelles capitale soutient le développement de ce type de projet et a notamment créé www.circularprojects.brussels comme plateforme de soutien et d’appel à projets.

 

Le champignon de Bruxelles

Donc ce champignon de Bruxelles qu’est ce que c’est? Il s’agit en fait de Shiitake*, un champignon d’origine asiatique qui se déguste aussi bien cru que cuit. Vieux de plus de 2000 ans il se développe naturellement sur du bois en décomposition. Ce champignon

fort goûtu présente de nombreux avantages d’un point de vue nutritionnel: son principal composant est le lentinane. Il est une excellente source de cuivre, vitamine B5 et même de vitamine D* dont une bonne partie des belges manque.

La visite de la champignonnière

Trouver l’entrée relève du jeu de piste, d’ailleurs à notre arrivée, trois autres duos sont en ligne avec les organisateurs pour se retrouver dans le dédale du marché des abattoirs. On se sent tout de suite bienvenu et on a presque l’impression de retrouver un pote tellement l’accueil est agréable. Vu le décalage des arrivées, la visite commence avec une bonne demi-heure de retard dans la bonne humeur. Si vous souhaitez visiter, pensez donc à prévoir de la marge le temps de trouver l’entrée, et pour ne pas manquer la fin de la visite.

On commence par une superbe vidéo sur les champignons dans tous leurs états commentée par le guide, un peu dans le style de :

L’antre du Champignon de Bxl s’ouvre à nous, c’est toujours sympa de redécouvrir les caves de Cureghem et la prochaine étape est un petit jeu pour introduire l’économie circulaire, puis on se tourne vers un dessin lacunaire pour s’assurer de comprendre la morphologie d’un champignon.

On passe alors à la visite proprement dite, ne vous attendez pas à marcher des masses, quelques mètres à peine séparent les différentes installations et il faut avouer que cela parait rudimentaire.IMG_5241

Toute la magie réside dans les conditions et dans le renouvellement du champignon. Sur cette dernière étape le biologiste de l’équipe travaille encore dur afin de réussir à auto-gérer cette ressource.  Afin de s’assurer que chaque étape est scrupuleusement respectée celles-ci sont affichées et accompagnées d’un QR code.

IMG_5245
A noter, la dimension humaine du projet qui propose régulièrement à des personnes non qualifiées du travail.

L’équipe a décidément bien réfléchi au côté inclusif et didactique, on passe maintenant à une activité collective surprise – que je ne gâcherai pas –  et qui nous délivre un petit cadeau.

Pour clôturer en beauté, on déguste une poêlée  de shiitakés déglacés au saké. Pour les non-végétariens, ils proposent de saupoudrer de flocons de poisson séchés: intéressant mais je me contenterai de la version végé.

En résumé, j’ai passé une excellente après-midi, la visite est simple et conviviale, le guide très abordable et on découvre une autre facette de l’agriculture urbaine. Je recommande!

Attention, c’est sur réservation ; -)

Bonne visite,

FF

 

*Ps: ils ont récemment commencé à produire  2 autres champignons qui feront peut-être l’objet d’un futur article. 

*Takamura K, Hoshino H. Determination of vitamin D2 in shiitake mushroom (Lentinus edodes) by high-performance liquid chromatography. Journal of Chromatography 1991