Comme un Echte Brusseleir, mangez à la brasserie de la gare

IMG_6939

Quand on pense à Bruxelles, on pense rarement à Berchem-Sainte-Agathe, et pourtant lové contre la gare, à deux pas du Basilix shopping center se trouve une petite perle d’antan. Une brasserie bien Brusseleir, où vous n’êtes ni flamand ni wallon mais bien belge, mais pas de panique si vous êtes étranger vous y serez aussi accueilli à bras ouverts.

Ne vous laissez pas avoir par le triste localisation et son environnement terne, il vaut mieux réserver. Le midi, l’endroit est généralement peuplé par les habitués ou les employés des entreprises avoisinantes qui viennent se délecter d’un traditionnel Américain frites ou du plat signature de l’enseigne : le feuilleté de poularde.

Il faut que je vous confesse que ce plat, j’en ai déjà mangé des dizaines tellement je l’apprécie. Ce n’est probablement pas la description que le chef en ferait mais pour moi il s’agit du meilleur vol au vent de Bruxelles. Onctueux, généreux, on y retrouve ces bouts de volaille qu’on avait fini par oublier à force de ne manger que du blanc. Accompagné d’une bonne portion de frites, le plat à tendance à appeler à la sieste. Et pourtant, on en reprend, on y revient pour ce feuilleté, tellement le mélange entre la sauce qui surplombe le feuilleté et celle dans laquelle nage le poulet se marie bien. Entendons-nous bien, nous ne sommes pas ici dans un restaurant étoilé, mais vraiment dans une excellente brasserie à la belge.

En soirée, pourquoi ne pas déguster un plat traditionnel? Un cabillaud royal sauce mousseline par exemple? En tous cas, si vous aimez les sabayons, ne ratez pas celui au champagne: une petite tuerie.

Au delà de la restauration en tant que tel, on peut apprécier l’endroit malgré sa mauvaise acoustique (le lieu est vraiment bruyant). Le bâtiment date du début 20ème et a été restauré en 1995, tout en conservant son charme typiquement Bruxellois. On retrouve de nombreuses fresques teintées d’humour belge et agrémentées de personnages de bande dessinées.  La décoration se retrouve jusque dans les set de table représentant une carte géographique dont chaque localisation est un mot typiquement Bruxellois, une vraie leçon de Zwanze 🙂

Le personnel est tellement sympa qu’on a presque l’impression de les connaître et ils n’hésitent pas à s’adapter en fonction de vos besoins.

Évidemment on y retrouve quelques bières classiques belges, mais on a aussi la chance d’y retrouver quelques perles de la Brasserie de la Seine, parfait pour compléter l’expérience Brusseleir jusqu’au bout.

N’hésitez pas à faire un petit détour par Berchem-sainte-agathe, le train est juste à côté, la Stib s’arrête à 2 pas, et vous êtes en face du Carrefour Hyper donc pas de problème de stationnement.  Et qui sait, on s’y croisera peut-être un jour, chacun à déguster cette fameuse poularde…

 

 

Publicités

The Black Sheep : international bistropub

So, you are interested in good beers, fish’n’chips, chicken dips or burgers? You are at the right place: near Flagey, enjoy The black sheep

Que les plus francophones d’entre-vous se rassurent, bien qu’il s’agisse d’un pub où l’on parle allégrement anglais et où une clientèle internationale se côtoie, on y retrouve toutes les facilités en français.

On va au Black Sheep pour …

L’ambiance sympa, affable. Calme avant 21H. Souvent internationale, bruyante après 23h. On aime ou on aime pas, mais ca a un charme particulier.

La liste de bières variées et internationales. Des crafts beer tendance comme la Vuur & Vlam de De Molen aux traditionnelles comme la Triple Karmeliet en passant par la Guiness au fut. Il parait que leurs cocktails valent le peine d’être connus, mais je ne peux m’empêcher de foncer d’abord sur la carte des bières.

cheers

Le vendredi soir pour la découverte d’un live band, un groupe souvent un peu rock qui vient égrener quelques notes et réchauffer l’ambiance.

Et puis, personnellement, je viens aussi pour les petits plats qu’ils y servent, super sympa à partager entre amis. Mes préférés? Les chicken dips, généreux, croquants, croustillants et moelleux à l’intérieur: un délice. Selon moi, les meilleurs que j’aie goûté à Bruxelles. black sheep

Ils existent en deux versions: cacahuètes ou épicées. Comptez 10 €.
Ils servent aussi de grands plateaux à partager qui permettent de satisfaire plusieurs palais à 22€ , là aussi déclinés en deux variantes.

chicken dips

La carte se complète par des tempuras de légumes superbes, malheureusement cela ne me semble pas assez complet pour fournir un repas végétarien sain.
On notera aussi une offre assez vaste de burgers.
Dommage, pas une seule option ne semble disponible pour nos amis vegan, ou en tous cas, elle ne saute pas aux yeux.

Will we meet at The Black Sheep?

Dynamo bar: portrait d’un passionné

No automatic alt text available.

A deux semaines de son week-end Serbe je ne résiste pas à vous dresser le portrait d’un barman  pas tout à fait comme les autres.

Pour lui, la craftbeer ce n’est pas une tendance, c’est une passion. Ce brusseleir épicurien a lâché son job à la city pour créer le bar de ses rêves dans sa ville d’origine : Bruxelles.

Lui, c’est Greg, le patron du Dynamo Bar. Son bar, c’est sa vie.
dynamo

Avenant : passionnés de craft beer ou néophyte, tout le monde est le bienvenu au Dynamo. Et il n’est pas avare de conseil, il aura toujours une bière à vous faire découvrir qui correspondra à vos goûts.

Connecté: vous pouvez toujours savoir en avance ce qu’il y aura à la carte, il suffit de regarder sur Untappd. Sans surprise, on retrouve du wifi sur place, à vous les nouveaux badges.

Didactique : vous êtes brasseurs amateurs? N’hésitez pas à rejoindre une des homebrewing nights, l’occasion de suivre une petite conférence ou de discuter entre amateurs afin d’améliorer votre précieux jus. Vous ne brassez pas? Il y a régulièrement d’autres évènements: que ce soit l’accord chocolat bière ou encore découvrir la différence entre cask & kegs, bref tout est fait pour que vous découvriez de nouvelles facettes de la bière.

Fun: en plus d’être un lieu agréable, le dynamo co-organise régulièrement des jeux, des bières et plus qu’une fois. L’occasion de venir profiter de la ludothèque du bar ou encore celle du DJUF. Vous êtes plutôt jeux vidéos? La Nes est déjà sur place.

Généreux : les bières sont à un prix abordable, le but ici n’est pas de devenir riche mais de partager cet amour de la qualité. De plus, la carte est large et variée avec ses 17 pompes à bières et son stock de bouteilles. N’ayez crainte, si vos copains n’aiment pas la bière du vin et du jus sont disponibles 😉

No automatic alt text available.

International : la scène belge de la craftbeer commence à se secouer et à proposer des bières intéressantes mais se contenter de la Belgique serait dommage. Vous voulez découvrir ce que les portugais de Dois Corvos ou Mean Sardine, les anglais de Beavertown ou Weird Beard Brew, les espagnols de LaPirata , les estoniens Pühaste,  brassent? Vous êtes au bon endroit. Il y a d’ailleurs régulièrement des Tap take over organisés, entendez des moments où la majorité des pompes sont consacrées à une brasserie.
Image may contain: 1 person, textImage may contain: text

 

 

 

Jeune :  trentenaire il soufflera d’ici quelques semaines la première bougie de son bar
House of Cards netflix birthday happy birthday house of cards GIF

Sélectif : seules les bonnes bières auront leur place au dynamo. Mais vu qu’il en faut pour tous les goûts, il n’hésitera pas à vous faire tester votre découverte avant de vous la servir.

Zytologue : il peut vous parler de milles et uns détails sur la bière, passer du temps du temps avec lui, c’est toujours l’occasion d’apprendre de nouvelles choses.

 

Cela vous donne soif? Le dynamo est ouvert du mercredi au dimanche. 

Santé!

 

 

 

 

BxlBeerFest : Not just another beer festival?

# Souvenir

Le 26-27 août naissait le premier BxlBeerFest, ne vous méprenez pas, il ne s’agissait pas du tout du premier festival de la bière artisanale et encore moins le premier week-end dédié à la bière en notre beau pays brassicole.

Les événements brassicoles ne manquent pas à Bruxelles: estudiantins comme La Brassicole  organisée par le Semeur de l’ULB depuis de nombreuses années en mars, grand public comme La fête de la bière événement gratuit envahissant la grand place le premier week-end de septembre avec près de 45 brasseurs de tous types, ou encore les plus récents festivals dédiés à la bière artisanale tel que l’indépendant SWAFFF! en juin, où le dernier Good beer feast du BrusselBeerProject qui reviendra sur les devants de la scène en octobre en le rebaptisant Wanderlust.

Il n’est guère facile de se démarquer dans ce cas et le BxlBeerfest a plutôt réussi à son coup.

Entendons-nous bien, il me semble que de nombreuses pistes d’amélioration existent: tout d’abord au niveau de leur communication: difficile de s’assurer qu’on parle bien du même festival que les copains quand les chartes graphiques sont aussi différentes selon les canaux de comm.

Je ne parle même pas du choix du nom poussant à croire que les organisateurs sont le brusselbeerproject alors qu’il n’en est rien.

Ensuite, parce que malgré un chouette programme, ce n’est que sur place que la majorité d’entre nous a compris qu’il y avait autre chose à faire que boire. Et c’est bien dommage, car du coup, ne s’étant pas organisé dans cette optique, nous n’avons pas pu bénéficier ni de la conférence de Damien Bouchéry jeune chef montant de la gastronomie Bruxelloise sur ses accords mets-bières, ni des propositions de food pairing du chocolatier Laurent Gerbaud.

Je trouve dommage leur gestion minimaliste des BOB, un événement bibitif rien de plus sympa tant qu’on ne perd pas un ami sur la route. Et si, n’habitant pas Bxl, vous avez fait le choix malin de venir avec un BOB, vous lui devez un énorme merci. En effet, à part une fontaine à eau gratuite, rien n’a été prévu pour lui.

Enfin, selon moi un bémol au niveau de l’ambiance, fond sonore inexistant – en tous cas dans mon souvenir-, fin du festival tôt en soirée, bref ce n’était pas la fête. Pas d’animation prévue que ce soit un groupe de musique ou autre artiste, …
C’est bon, on se fait plaisir, on déguste en faisant rouler la bière sur son palais, mais on se croirait au bar de l’hôtel des 3 faisans de Brel et surement pas chez la Grosse Adrienne.  Peut-être que je suis trop jeune par rapport au public visé.

Niveau restauration de petites attentions ont été prévues, si le choix m’a semblé fort restreint j’ai trouvé les propositions ambitieuses et en ligne avec le côté bistronomique de l’événement. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de goûter pour vous confirmer si le goût faisait honneur aux dénominations.

Dernier point, le lieu est assez grand et aéré, il n’y a pas trop de bruit, il fait propre, les gens se comportent dignement, pas de souci pour y amener vos bouts de chou. Par contre, le festival n’a pas été pensé pour eux: en dehors des nourrissons qui ne seront pas contre une balade, cela n’a pas d’intérêt pour eux.

Ceci dit, j’y retournerai. Mais pourquoi me direz-vous? 9 euros d’entrée hors consommation, n’est-ce pas trop cher? 
Tout simplement parce que pour une première édition, on leur passe allègrement leurs erreurs de jeunesse au vu de la qualité de leur sélection. Les brasseries présentes justifiaient largement l’investissement temps et prix. Que le verre a emporté à la fin du festival est une cerise sur le gâteau bien sympa et que cela fait plaisir de voir cohabiter autant de brasseries artisanales bruxelloises aussi bien entourées et que j’ai hâte l’année prochaine de participer aux conférences et aux workshops.
Et puis, c’était sympa de trouver BeerHive dont j’ai hâte de télécharger l’application et d’avoir Untappd adapté en temps réel.

beerhive

Un échoppe a été prévue si vous voulez repartir avec des bières ou autres goodies à emporter.

Je ne résiste pas à vous confier mes belles découvertes du week-end:

Dans les incontournables belges:
La brasserie de la senne nous signe une superbe Wadesda#7 une saison au nez perturbant mais résolument intéressante sublimée au lambic Cantillon

L’Eternity du Brusselbeerproject, qui explore les connections neuronales entre musique et bière dans cette collaboration avec Vitalic – Voyager  dans cette gose étonnante aux accents de Gin tonic.  Pas sure que ce soit celle que je recommanderai quand j’ai envie d’une bière, mais résolument une super boisson rafraîchissante pour un apéro au soleil.

Ceux qui ont fait le déplacement:

L’IPA de la journée fut pour moi Lambda Lambda Lambda de Melvin Brewing dont l’arrière goût me répètait: Más! Et comme ils le disent si bien : « If your beer is not madness, it’s not beer »

Non seulement les brasseurs étaient super sympas, le nom de la brasserie est terrible: Rocket Brewing Compagny  mais surtout ces danois m’ont épatés avec leur bière acide au lila! Osez tenter quelque chose de différent: Purple Nights

Enfin je terminerai sur l’humour des Ukrainiens du prvadabeertheatre qui m’ont fait marrer avec leurs étiquettes déjantées et dont la Dwipa était vraiment sympa.

 

Sur ce, Nasdrovia!

FF

 

Hops & Dreams : le bar à hipsters de Séville

hops&dreams

Ceux qui connaissent Miss chansons ne seront pas surpris, elle aime les céréales et les jeux de mots lyriques, alors quant à Séville on nous a parlé de Hops & Dreams, il n’a pas fallu beaucoup nous pousser pour qu’on se déplace découvrir l’endroit.

Arrivées après minuit, nous n’avons pas pu déguster leurs tapas, par contre, la bière coulait toujours à flots.

Ce bar de hipsters a beaucoup pour plaire: de nombreuses pompes aux goûts variés, des barmaids capables de parler des nuances de leurs bières et de recommander sur base de nos goûts, une ambiance musicale rock sympa, bref: nous étions bien tombées.

Par contre, niveau insonorisation, on peut repasser. Le lieu est assez petit et résonne bien, alors quand le niveau d’ébriété des autres consommateurs augmente il est plutôt conseillé de ne rien avoir contre les décibels.

Les Sévillans adorent emmener leurs enfants partout, et ce n’est pas moi qui les contredirais sur le principe. Ici, comme à beaucoup d’endroits, ils ont choisi de laisser les poussettes et les nourrissons à l’extérieur du bar afin que les ptits loups puissent dormir au calme, et on les comprends. Le lieu accepte les enfants en bas âge mais je le déconseille vu le bruit et le peu d’espace pour se déplacer.

On retiendra les choix malicieux de bières: comme l’Extra Horny de La Quince Brewery ou l’Imparable du Basqueland Brewing Project.

In fine, l’heure tardive couplée à nos voisins avinés eu raison de notre découverte, passée la deuxième bière, on quitta le lieu. J’en garde le souvenir d’un bar sympa, qui vaut le détour mais qui ne sera pas un de mes incontournables.

 

Santé,

FF

 

Photo sortie de la page Facebook d’Hops&Dreams

 

Gastropub : Maquila: Good people eat with good beer

maquila

Difficile de passer à côté de la tendance Craft Beer en ce moment, et je dois avouer que ce n’est pas pour me déplaire. Aussi quand on visite Séville, Miss Chansons et moi, on ne résiste pas à découvrir quelques bars spécialisés.

Quelle ne fut pas ma surprise quand un de ceux-ci en plus d’une alléchante carte en matière de bières artisanales, brasse sur place et propose de délicieux tapas de brasserie. Une SON Sorachi Surfer et SON Mr Wolf plus tard, on craque pour des nuggets croustillants de poulet: de quoi régaler les fans de croquant au cœur tendre.
Mais perso, c’est leur gaspacho qui m’a charmé par son côté mousseux, bicolore et super équilibré.

La carte de bières est tout simplement impressionnante, leurs propres créations côtoient des perles du monde entier et il y en a pour tous les goûts. On y retrouve notamment la super Nanny state de Brewdog, la seule NA qui à ce jour à réussi à me convaincre en tant que bière.

Les serveurs sont non seulement compétents mais aussi charmants. Ils n’hésitent pas à recommander d’autres craft beer bars, et fournissent avec plaisir une carte des bars de la ville accompagnée de quelques explications.

Bref, que ce soit pour manger sur le pouce ou déguster de nombreuses bières, un incontournable de SévilleMaquilabar  . D’ailleurs, sur un week-end de 3 jours on y est allés plusieurs fois, si ce n’est pas un gage de qualité, ca 😉

Vous n’en pouvez plus d’attendre d’aller à Séville, et désirez déjà déguster une de leur production? Pourquoi ne pas tenter une SON MAYO 15:37, une sympathique Saison/Farmhouse Ale rafraichissante. A mon avis pas aussi bonne que leur Sorachi Surfer, mais qui a le mérite de se retrouver en bouteille chez les marchands spécialisés.

mayo1

Salud!

FF

Photo Mayo empruntée à http://jortober.com/portfolio/son-brewing-co/