Le Selecto, la ripaille intéressante

« Un resto qui a la bistronomie dans le cœur, la convivialité dans le sang, et la ripaille intéressante », voilà comment se décrit Le Selecto en ouverture de son site web.

La bistronomie est à la fois pour un moi un concept extrêmement intéressant et malheureusement souvent un mauvais compromis où le resto se veut + haut de gamme que le raffinement qu’il réussit à atteindre et où les portions ont fondus de manière inversement proportionnelle à la note. J’ai donc peu tendance à sélectionner ce type de resto car je préfère un côté franchouillard assumé ou une vraie expérience gastronomique, mais il m’avait été recommandé par quelqu’un qui a compris mes goûts, et je n’ai pas été déçue.

Situé entre le canal et Dansaert, le Selecto offre une localisation intéressante si on veut coupler l’évènement à une soirée ciné. D’emblée en rentrant dans le bistrot, on sent l’approche conviviale. On vous fait de la place, on vous mets à l’aise. Le côté bistronomique est totalement assumé puisque pour l’apéro on reçoit des rillettes pour accompagner au choix aussi bien une coupe de champagne, qu’un verre de vin ou encore une carte de bières peu fournie mais intéressante.

Le concept est assez simple, des menus 2 (36€) ou 3 (42€) services à choisir à la carte ou en suggestion: facile, pas de prise de tête sur l’addition des plats à la carte pour savoir ce qui est le plus intéressant financièrement parlant, c’est limpide: petite faim ou grande faim.

Après une petite mousse de la Brasserie de la Senne, nous avons opté pour le menu 2 services: entrée et plat.  Perso je suis tout de suite mise à l’aise, face à mes questions par rapport aux suggestions: pas de rond-de-jambe, des réponses franches directes et étayées. Quel plaisir!

C’est donc sur les conseils de la serveuse que je démarre avec un mille-feuille de saumon extra-doux, aux fruits et légumes à l’orientale sur un lit de saint jacques.

selecto1

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une très fine couche tendre de lasagne entre le saumon. Le choix des fruits et légumes exotiques se combine vraiment bien avec l’ensemble et l’accompagnement d’un vin au verre est remarquable sur le choix du vin , un Froggy wine de chez Luneau Papin, encore un autre bon conseil des serveurs.

Pendant ce temps, Mr Meerkat, penche pour un généreux carpaccio de boeuf au foie gras et champignons. Très bon, le carpaccio pêche un peu par sa générosité en terme d’épaisseur de tranches, mais vu la quantité limitée de foie gras, ce n’est pas un souci. C’est très bon bien que cela ne soit pas le meilleur carpaccio que je connaisse.

selecto2

Pour accompagner l’entrée de Mr Meerkat et le plat à venir, nous choisissons un côte du Rhone, Chat fou, vraiment TRÈS sympathique, que je chercherai d’ailleurs dans le commerce pour d’autres occasions. Si vous voulez gouter, vous trouverez une review ici.

La bonne nouvelle c’est qu’il allait aussi bien avec l’entrée , qu’en complément de la souris d’agneau cuisson lente accompagnée de ses carottes déglacées aux agrumes. Cela faisait longtemps que je n’avais pas apprécié à ce point de l’agneau, entre le côté externe très légèrement croustillant et l’intérieur fondant et juteux, c’était juste fantastique. Et cela se mariait tellement bien avec la purée onctueuse, relevée par les carottes. selecto3

Comme vous le voyez, on ne sort pas de là en ayant faim et ce même sans avoir pris l’option dessert.  Et pour 36€, je pense avoir profité d’un bon rapport qualité prix, avec de chouettes conseils et un côté bonne franquette qui me plaisait beaucoup. Un seul bémol, il n’y a pas d’option végétarienne,  j’avoue ne pas avoir demandé explicitement si on pouvait créer des plats à la demande mais avoir au moins un plat à la carte me semble un oubli dommage.

J’ai bien l’intention d’y retourner, cette fois ci avec des amis car j’en connais quelques-uns qui vont se lécher les babines et vont aimer la carte des vins…

A bientôt,

 

Publicités

The Black Sheep : international bistropub

So, you are interested in good beers, fish’n’chips, chicken dips or burgers? You are at the right place: near Flagey, enjoy The black sheep

Que les plus francophones d’entre-vous se rassurent, bien qu’il s’agisse d’un pub où l’on parle allégrement anglais et où une clientèle internationale se côtoie, on y retrouve toutes les facilités en français.

On va au Black Sheep pour …

L’ambiance sympa, affable. Calme avant 21H. Souvent internationale, bruyante après 23h. On aime ou on aime pas, mais ca a un charme particulier.

La liste de bières variées et internationales. Des crafts beer tendance comme la Vuur & Vlam de De Molen aux traditionnelles comme la Triple Karmeliet en passant par la Guiness au fut. Il parait que leurs cocktails valent le peine d’être connus, mais je ne peux m’empêcher de foncer d’abord sur la carte des bières.

cheers

Le vendredi soir pour la découverte d’un live band, un groupe souvent un peu rock qui vient égrener quelques notes et réchauffer l’ambiance.

Et puis, personnellement, je viens aussi pour les petits plats qu’ils y servent, super sympa à partager entre amis. Mes préférés? Les chicken dips, généreux, croquants, croustillants et moelleux à l’intérieur: un délice. Selon moi, les meilleurs que j’aie goûté à Bruxelles. black sheep

Ils existent en deux versions: cacahuètes ou épicées. Comptez 10 €.
Ils servent aussi de grands plateaux à partager qui permettent de satisfaire plusieurs palais à 22€ , là aussi déclinés en deux variantes.

chicken dips

La carte se complète par des tempuras de légumes superbes, malheureusement cela ne me semble pas assez complet pour fournir un repas végétarien sain.
On notera aussi une offre assez vaste de burgers.
Dommage, pas une seule option ne semble disponible pour nos amis vegan, ou en tous cas, elle ne saute pas aux yeux.

Will we meet at The Black Sheep?

L’Anti Pasto : une cuisine simple et savoureuse

C’est quand même sympa de pouvoir manger de temps en temps une cuisine simple et sans prise de tête. Et à ce niveau là, la cuisine italienne offre de très chouettes compromis dans les restos milieu de gamme.

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de l’Anti Pasto. Un restaurant italien simple et savoureux à Zellik.
On y trouve une large gamme de pâtes entre 12€ et 17,5€ dont 5 sortes sont végétariennes.

Aujourd’hui, nous avons craqué sur de simples carbos et il faut avouer qu’elles sont très sympas. La pâte est goûtue, ferme. La garniture simple mais bien équilibrée et pas trop grasse pour un carbo à la belge.carbo2Pour y avoir déjà goûté quelques autres plats de pâtes, je n’ai aucun scrupule à vous recommander les spaghettis Bruschetta (tomates cerises, roquette, parmesan, huile d’olive) ou les cannellonis ricotta épinards (à éviter si vous avez tendance à piquer du nez après un repas consistant).

Leur carte des pizzas, cuites au feu de bois, séduira les amateurs du genre et vous pourrez revenir une trentaine de fois afin de toutes les gouter.

Évidemment, on trouve les traditionnels plats de viande ou de poisson. Comme par exemple, l’escalope de veau Saltimbocca à la romaine. A nouveau on retrouve un plat équilibré et une portion généreuse en goût.

saltimbocca

Selon le marché, le chef ajoute aussi à la carte une série de suggestion. Typiquement, on retrouve régulièrement à cette saison des cèpes frais ou autre espadon.

C’est sympa en amoureux pour l’ambiance un peu feutrée ou en petit groupe d’amis mais les grands groupes risqueront de s’y sentir à l’étroit.  Pas de souci non plus pour un business lunch, les serveurs sont discrets et il est possible de demander à table à l’écart.

Un regret? Ne pas y avoir encore goûté la carte des vins. Si vous avez eu cette occasion, n’hésitez pas à partager votre point de vue.

Bon appetito

 

Dynamo bar: portrait d’un passionné

No automatic alt text available.

A deux semaines de son week-end Serbe je ne résiste pas à vous dresser le portrait d’un barman  pas tout à fait comme les autres.

Pour lui, la craftbeer ce n’est pas une tendance, c’est une passion. Ce brusseleir épicurien a lâché son job à la city pour créer le bar de ses rêves dans sa ville d’origine : Bruxelles.

Lui, c’est Greg, le patron du Dynamo Bar. Son bar, c’est sa vie.
dynamo

Avenant : passionnés de craft beer ou néophyte, tout le monde est le bienvenu au Dynamo. Et il n’est pas avare de conseil, il aura toujours une bière à vous faire découvrir qui correspondra à vos goûts.

Connecté: vous pouvez toujours savoir en avance ce qu’il y aura à la carte, il suffit de regarder sur Untappd. Sans surprise, on retrouve du wifi sur place, à vous les nouveaux badges.

Didactique : vous êtes brasseurs amateurs? N’hésitez pas à rejoindre une des homebrewing nights, l’occasion de suivre une petite conférence ou de discuter entre amateurs afin d’améliorer votre précieux jus. Vous ne brassez pas? Il y a régulièrement d’autres évènements: que ce soit l’accord chocolat bière ou encore découvrir la différence entre cask & kegs, bref tout est fait pour que vous découvriez de nouvelles facettes de la bière.

Fun: en plus d’être un lieu agréable, le dynamo co-organise régulièrement des jeux, des bières et plus qu’une fois. L’occasion de venir profiter de la ludothèque du bar ou encore celle du DJUF. Vous êtes plutôt jeux vidéos? La Nes est déjà sur place.

Généreux : les bières sont à un prix abordable, le but ici n’est pas de devenir riche mais de partager cet amour de la qualité. De plus, la carte est large et variée avec ses 17 pompes à bières et son stock de bouteilles. N’ayez crainte, si vos copains n’aiment pas la bière du vin et du jus sont disponibles 😉

No automatic alt text available.

International : la scène belge de la craftbeer commence à se secouer et à proposer des bières intéressantes mais se contenter de la Belgique serait dommage. Vous voulez découvrir ce que les portugais de Dois Corvos ou Mean Sardine, les anglais de Beavertown ou Weird Beard Brew, les espagnols de LaPirata , les estoniens Pühaste,  brassent? Vous êtes au bon endroit. Il y a d’ailleurs régulièrement des Tap take over organisés, entendez des moments où la majorité des pompes sont consacrées à une brasserie.
Image may contain: 1 person, textImage may contain: text

 

 

 

Jeune :  trentenaire il soufflera d’ici quelques semaines la première bougie de son bar
House of Cards netflix birthday happy birthday house of cards GIF

Sélectif : seules les bonnes bières auront leur place au dynamo. Mais vu qu’il en faut pour tous les goûts, il n’hésitera pas à vous faire tester votre découverte avant de vous la servir.

Zytologue : il peut vous parler de milles et uns détails sur la bière, passer du temps du temps avec lui, c’est toujours l’occasion d’apprendre de nouvelles choses.

 

Cela vous donne soif? Le dynamo est ouvert du mercredi au dimanche. 

Santé!

 

 

 

 

La fondue généreuse? Lyly’s fondue

Nous avons découvert l’asiatique nouvelle génération. Cette formule, c’est le patron lui-même qui la clame fièrement.

Au cœur de Bruxelles, se cache un petit resto qui ne paye pas spécialement de mine à l’extérieur, le regard est attiré par une enseigne lumineuse qui clignote en forme de caquelon, on s’approche et on découvre d’énormes buses d’extraction. C’est original comme déco, nécessaire pour une resto à fondues et surtout, c’est convivial.

Parfait pour une soirée entre potes!

Au menu du soir, 3 formules:
* Fondue Bourguignonne à volonté 19,90€/p
* Fondue asiatique sur réservation 24,90€/p (min 2 per )
* Fondue fromage 21,90€/p (min 2 per )

Donc pour (presque) tous les gouts puisque vous retrouverez aussi bien poisson que crustacés, viande ou encore fromages. Par contre, si vous êtes végétariens et que vous n’aimez pas le fromage ou si vous êtes végan, passez votre chemin.

Super généreux

Photo of Lyly's Fondue - Bruxelles, Belgium

Seule la fondue bourguignonne est définie comme à volonté, mais les portions des deux autres fondues sont tellement généreuses que l’on se demande si c’est réellement pour le nombre de couverts convenus.

La fondue asiatique varie en fonction du marché et le patron n’est pas avare en explication quand il s’agit de découvrir de nouveaux aliments comme par exemple le liseron d’eau.
Super variée elle comprend aussi bien des éléments terre que mer , un bouillon gouteux et un plutôt épicé. Bref, on en a pour son argent.

Une fondue aux fromages? Dans un asiatique? Voilà qu’elle fut la première réaction de Mr Beard quand il lut le menu. Celui-là même qui s’exclama quelques temps plus tard « le suisse en moi est perplexe, le gourmand conquis« .  A nouveau, la portion est ravissante pour les gourmands, le goût est travaillé, un vrai plaisir.

Je ne suis généralement pas convaincue par les fondues à volonté, estimant que trop souvent la viande y est médiocre, mais j’avais faim et envie de poulet. Me voici donc partie pour le fondue bourguignonne à volonté. Une petite salade arrive, pas mauvaise mais de mon point de vue aucun intérêt et je me demande si je ne vais pas tomber dans le piège traditionnel.  Des frites, quelques sauces et puis voilà la viande. Et là: bonne surprise: la viande est vraiment de bonne qualité. Bien sur, nous ne sommes pas chez Jack’O’Shea mais il ne s’agit pas de viande grasse sans intérêt ni de morceaux sans goûts.
Alors bien sur, ce n’est pas de la grande gastronomie, mais c’est un excellent rapport qualité prix et c’est difficile de ne pas y passer un bon moment.

Et pour ne rien gâcher, Monsieur, est un ancien sommelier, la carte est donc intéressante et le vin du patron a du goût. Nous avons eu l’occasion de gouter un sud-africain intéressant. Autant le dire tout de suite, il n’a pas fait l’unanimité, mais perso je le trouvais excellent. Je me laisserai tenter par une de ses recommandations la prochaine fois.

Et d’ici quelques semaines, une nouvelle carte devrait faire son apparition avec une dizaine de gin et le double de whisky, si ca c’est pas du plaisir ?

Bref, j’y retournerai pour des soirées sans prise de têtes entre copains et j’ai vraiment très hâte d’y aller sur l’heure de midi pour y déguster leur pho et bun bo hue.

Ca y est, d’écrire cet article, j’ai déjà envie d’y retourner.

Ps: photos toutes extraites de Yelp : https://en.yelp.be/biz_photos/lylys-fondue-bruxelles-2

Le champignon de Bruxelles : une vue différente de la culture

# Souvenir

Il y a quelques temps, Mr Meerkat et moi avons décidé d’aller visiter une des nouvelles champignonnière de Bruxelles, ou peut-être devrais-je dire une champignobière.
Hé oui, l’originalité du projet, en plus de faire de l’agriculture urbaine au cœur des abattoirs d’Anderlecht, c’est de faire de l’économie circulaire et donc de créer à base de restes, en l’occurrence des drêches.

 

L’économie circulaire

coopcirculaire

Image : https://www.lechampignondebruxelles.be/cooperative/

Ce ne sont pas les seuls à Bruxelles à faire de l’économie circulaire locale, on pense notamment à Permafungi qui cultive des pleurotes sur base de marc de café des Exkis locaux , au Brusselsbeerproject qui recycle du pain rassis afin de produire sa bière Babylone, Life is wonderpoule qui incite à remettre les poules dans nos ménages afin de diminuer les déchets et des produire: des œufs…  Bruxelles capitale soutient le développement de ce type de projet et a notamment créé www.circularprojects.brussels comme plateforme de soutien et d’appel à projets.

 

Le champignon de Bruxelles

Donc ce champignon de Bruxelles qu’est ce que c’est? Il s’agit en fait de Shiitake*, un champignon d’origine asiatique qui se déguste aussi bien cru que cuit. Vieux de plus de 2000 ans il se développe naturellement sur du bois en décomposition. Ce champignon

fort goûtu présente de nombreux avantages d’un point de vue nutritionnel: son principal composant est le lentinane. Il est une excellente source de cuivre, vitamine B5 et même de vitamine D* dont une bonne partie des belges manque.

La visite de la champignonnière

Trouver l’entrée relève du jeu de piste, d’ailleurs à notre arrivée, trois autres duos sont en ligne avec les organisateurs pour se retrouver dans le dédale du marché des abattoirs. On se sent tout de suite bienvenu et on a presque l’impression de retrouver un pote tellement l’accueil est agréable. Vu le décalage des arrivées, la visite commence avec une bonne demi-heure de retard dans la bonne humeur. Si vous souhaitez visiter, pensez donc à prévoir de la marge le temps de trouver l’entrée, et pour ne pas manquer la fin de la visite.

On commence par une superbe vidéo sur les champignons dans tous leurs états commentée par le guide, un peu dans le style de :

L’antre du Champignon de Bxl s’ouvre à nous, c’est toujours sympa de redécouvrir les caves de Cureghem et la prochaine étape est un petit jeu pour introduire l’économie circulaire, puis on se tourne vers un dessin lacunaire pour s’assurer de comprendre la morphologie d’un champignon.

On passe alors à la visite proprement dite, ne vous attendez pas à marcher des masses, quelques mètres à peine séparent les différentes installations et il faut avouer que cela parait rudimentaire.IMG_5241

Toute la magie réside dans les conditions et dans le renouvellement du champignon. Sur cette dernière étape le biologiste de l’équipe travaille encore dur afin de réussir à auto-gérer cette ressource.  Afin de s’assurer que chaque étape est scrupuleusement respectée celles-ci sont affichées et accompagnées d’un QR code.

IMG_5245
A noter, la dimension humaine du projet qui propose régulièrement à des personnes non qualifiées du travail.

L’équipe a décidément bien réfléchi au côté inclusif et didactique, on passe maintenant à une activité collective surprise – que je ne gâcherai pas –  et qui nous délivre un petit cadeau.

Pour clôturer en beauté, on déguste une poêlée  de shiitakés déglacés au saké. Pour les non-végétariens, ils proposent de saupoudrer de flocons de poisson séchés: intéressant mais je me contenterai de la version végé.

En résumé, j’ai passé une excellente après-midi, la visite est simple et conviviale, le guide très abordable et on découvre une autre facette de l’agriculture urbaine. Je recommande!

Attention, c’est sur réservation ; -)

Bonne visite,

FF

 

*Ps: ils ont récemment commencé à produire  2 autres champignons qui feront peut-être l’objet d’un futur article. 

*Takamura K, Hoshino H. Determination of vitamin D2 in shiitake mushroom (Lentinus edodes) by high-performance liquid chromatography. Journal of Chromatography 1991

BxlBeerFest : Not just another beer festival?

# Souvenir

Le 26-27 août naissait le premier BxlBeerFest, ne vous méprenez pas, il ne s’agissait pas du tout du premier festival de la bière artisanale et encore moins le premier week-end dédié à la bière en notre beau pays brassicole.

Les événements brassicoles ne manquent pas à Bruxelles: estudiantins comme La Brassicole  organisée par le Semeur de l’ULB depuis de nombreuses années en mars, grand public comme La fête de la bière événement gratuit envahissant la grand place le premier week-end de septembre avec près de 45 brasseurs de tous types, ou encore les plus récents festivals dédiés à la bière artisanale tel que l’indépendant SWAFFF! en juin, où le dernier Good beer feast du BrusselBeerProject qui reviendra sur les devants de la scène en octobre en le rebaptisant Wanderlust.

Il n’est guère facile de se démarquer dans ce cas et le BxlBeerfest a plutôt réussi à son coup.

Entendons-nous bien, il me semble que de nombreuses pistes d’amélioration existent: tout d’abord au niveau de leur communication: difficile de s’assurer qu’on parle bien du même festival que les copains quand les chartes graphiques sont aussi différentes selon les canaux de comm.

Je ne parle même pas du choix du nom poussant à croire que les organisateurs sont le brusselbeerproject alors qu’il n’en est rien.

Ensuite, parce que malgré un chouette programme, ce n’est que sur place que la majorité d’entre nous a compris qu’il y avait autre chose à faire que boire. Et c’est bien dommage, car du coup, ne s’étant pas organisé dans cette optique, nous n’avons pas pu bénéficier ni de la conférence de Damien Bouchéry jeune chef montant de la gastronomie Bruxelloise sur ses accords mets-bières, ni des propositions de food pairing du chocolatier Laurent Gerbaud.

Je trouve dommage leur gestion minimaliste des BOB, un événement bibitif rien de plus sympa tant qu’on ne perd pas un ami sur la route. Et si, n’habitant pas Bxl, vous avez fait le choix malin de venir avec un BOB, vous lui devez un énorme merci. En effet, à part une fontaine à eau gratuite, rien n’a été prévu pour lui.

Enfin, selon moi un bémol au niveau de l’ambiance, fond sonore inexistant – en tous cas dans mon souvenir-, fin du festival tôt en soirée, bref ce n’était pas la fête. Pas d’animation prévue que ce soit un groupe de musique ou autre artiste, …
C’est bon, on se fait plaisir, on déguste en faisant rouler la bière sur son palais, mais on se croirait au bar de l’hôtel des 3 faisans de Brel et surement pas chez la Grosse Adrienne.  Peut-être que je suis trop jeune par rapport au public visé.

Niveau restauration de petites attentions ont été prévues, si le choix m’a semblé fort restreint j’ai trouvé les propositions ambitieuses et en ligne avec le côté bistronomique de l’événement. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de goûter pour vous confirmer si le goût faisait honneur aux dénominations.

Dernier point, le lieu est assez grand et aéré, il n’y a pas trop de bruit, il fait propre, les gens se comportent dignement, pas de souci pour y amener vos bouts de chou. Par contre, le festival n’a pas été pensé pour eux: en dehors des nourrissons qui ne seront pas contre une balade, cela n’a pas d’intérêt pour eux.

Ceci dit, j’y retournerai. Mais pourquoi me direz-vous? 9 euros d’entrée hors consommation, n’est-ce pas trop cher? 
Tout simplement parce que pour une première édition, on leur passe allègrement leurs erreurs de jeunesse au vu de la qualité de leur sélection. Les brasseries présentes justifiaient largement l’investissement temps et prix. Que le verre a emporté à la fin du festival est une cerise sur le gâteau bien sympa et que cela fait plaisir de voir cohabiter autant de brasseries artisanales bruxelloises aussi bien entourées et que j’ai hâte l’année prochaine de participer aux conférences et aux workshops.
Et puis, c’était sympa de trouver BeerHive dont j’ai hâte de télécharger l’application et d’avoir Untappd adapté en temps réel.

beerhive

Un échoppe a été prévue si vous voulez repartir avec des bières ou autres goodies à emporter.

Je ne résiste pas à vous confier mes belles découvertes du week-end:

Dans les incontournables belges:
La brasserie de la senne nous signe une superbe Wadesda#7 une saison au nez perturbant mais résolument intéressante sublimée au lambic Cantillon

L’Eternity du Brusselbeerproject, qui explore les connections neuronales entre musique et bière dans cette collaboration avec Vitalic – Voyager  dans cette gose étonnante aux accents de Gin tonic.  Pas sure que ce soit celle que je recommanderai quand j’ai envie d’une bière, mais résolument une super boisson rafraîchissante pour un apéro au soleil.

Ceux qui ont fait le déplacement:

L’IPA de la journée fut pour moi Lambda Lambda Lambda de Melvin Brewing dont l’arrière goût me répètait: Más! Et comme ils le disent si bien : « If your beer is not madness, it’s not beer »

Non seulement les brasseurs étaient super sympas, le nom de la brasserie est terrible: Rocket Brewing Compagny  mais surtout ces danois m’ont épatés avec leur bière acide au lila! Osez tenter quelque chose de différent: Purple Nights

Enfin je terminerai sur l’humour des Ukrainiens du prvadabeertheatre qui m’ont fait marrer avec leurs étiquettes déjantées et dont la Dwipa était vraiment sympa.

 

Sur ce, Nasdrovia!

FF

 

Hops & Dreams : le bar à hipsters de Séville

hops&dreams

Ceux qui connaissent Miss chansons ne seront pas surpris, elle aime les céréales et les jeux de mots lyriques, alors quant à Séville on nous a parlé de Hops & Dreams, il n’a pas fallu beaucoup nous pousser pour qu’on se déplace découvrir l’endroit.

Arrivées après minuit, nous n’avons pas pu déguster leurs tapas, par contre, la bière coulait toujours à flots.

Ce bar de hipsters a beaucoup pour plaire: de nombreuses pompes aux goûts variés, des barmaids capables de parler des nuances de leurs bières et de recommander sur base de nos goûts, une ambiance musicale rock sympa, bref: nous étions bien tombées.

Par contre, niveau insonorisation, on peut repasser. Le lieu est assez petit et résonne bien, alors quand le niveau d’ébriété des autres consommateurs augmente il est plutôt conseillé de ne rien avoir contre les décibels.

Les Sévillans adorent emmener leurs enfants partout, et ce n’est pas moi qui les contredirais sur le principe. Ici, comme à beaucoup d’endroits, ils ont choisi de laisser les poussettes et les nourrissons à l’extérieur du bar afin que les ptits loups puissent dormir au calme, et on les comprends. Le lieu accepte les enfants en bas âge mais je le déconseille vu le bruit et le peu d’espace pour se déplacer.

On retiendra les choix malicieux de bières: comme l’Extra Horny de La Quince Brewery ou l’Imparable du Basqueland Brewing Project.

In fine, l’heure tardive couplée à nos voisins avinés eu raison de notre découverte, passée la deuxième bière, on quitta le lieu. J’en garde le souvenir d’un bar sympa, qui vaut le détour mais qui ne sera pas un de mes incontournables.

 

Santé,

FF

 

Photo sortie de la page Facebook d’Hops&Dreams

 

Gastropub : Maquila: Good people eat with good beer

maquila

Difficile de passer à côté de la tendance Craft Beer en ce moment, et je dois avouer que ce n’est pas pour me déplaire. Aussi quand on visite Séville, Miss Chansons et moi, on ne résiste pas à découvrir quelques bars spécialisés.

Quelle ne fut pas ma surprise quand un de ceux-ci en plus d’une alléchante carte en matière de bières artisanales, brasse sur place et propose de délicieux tapas de brasserie. Une SON Sorachi Surfer et SON Mr Wolf plus tard, on craque pour des nuggets croustillants de poulet: de quoi régaler les fans de croquant au cœur tendre.
Mais perso, c’est leur gaspacho qui m’a charmé par son côté mousseux, bicolore et super équilibré.

La carte de bières est tout simplement impressionnante, leurs propres créations côtoient des perles du monde entier et il y en a pour tous les goûts. On y retrouve notamment la super Nanny state de Brewdog, la seule NA qui à ce jour à réussi à me convaincre en tant que bière.

Les serveurs sont non seulement compétents mais aussi charmants. Ils n’hésitent pas à recommander d’autres craft beer bars, et fournissent avec plaisir une carte des bars de la ville accompagnée de quelques explications.

Bref, que ce soit pour manger sur le pouce ou déguster de nombreuses bières, un incontournable de SévilleMaquilabar  . D’ailleurs, sur un week-end de 3 jours on y est allés plusieurs fois, si ce n’est pas un gage de qualité, ca 😉

Vous n’en pouvez plus d’attendre d’aller à Séville, et désirez déjà déguster une de leur production? Pourquoi ne pas tenter une SON MAYO 15:37, une sympathique Saison/Farmhouse Ale rafraichissante. A mon avis pas aussi bonne que leur Sorachi Surfer, mais qui a le mérite de se retrouver en bouteille chez les marchands spécialisés.

mayo1

Salud!

FF

Photo Mayo empruntée à http://jortober.com/portfolio/son-brewing-co/

Eslava : tapas premium à petits prix

oeuf bollet

Quand on aime manger et la débauche de goûts, les tapas semblent une bonne alternative à un repas traditionnel pour picorer de multiples plaisirs.
Mais aussi sympa que cela puisse être, il s’agit plus souvent de grignotage gras et peu raffinés que de cuisine bistronomique.

Evidemment, l’Espagne compte sa part de bar à tapas huppés, mais il s’agit généralement de tapas simples à prix coquets traitant des aliments plus nobles.

Pas à l’Eslava, au cœur de Séville, où dans une petite salle sans prétention, se joue un véritable opéra de saveurs pour les papilles et où c’est la virtuosité du/des chef.fe.s qui fait tout l’intérêt du lieu.
Para beber ou para commer: car le sommelier est tout aussi compétent que le cuistot et nous trouver juste ce qu’il faut en découverte abordable niveau vin.

Le plat signature? L’œuf cuisson lente sur cake de bolet à la réduction de vin. Une tuerie! Et seulement pour 2,9€. La preuve que gastronomie n’est pas toujours synonyme de luxe.
Ce plat a fait couler beaucoup d’encre vu qu’il a notamment gagné le prestigieux 1er prix du “Sevilla en Boca de Todos” 2010, je ne suis donc pas convaincue que c’est ma plume mal assurée qui le décrira à sa juste valeur.
Fermez les yeux et laissez votre imagination galoper: une subtile odeur de champignons des bois se mélange au côté sucré du vin, vous ouvrez les yeux et tombez face à un jaune d’œuf parfaitement cuit, au cœur crémeux et coulant , déposé en douceur sur un cake moelleux au gout subtil de bolet. L’assaisonnement est parfait, pas un instant il ne vient à l’esprit d’y rajouter sel ou poivre, tellement le côté sucré salé est bien dosé. Difficile de ne pas succomber à la tentation en en reprenant directement un deuxième.

C’est peut-être bien le moment de planifier votre prochain city-trip…

XoXo,

FF

Ps: si vous voulez venir avec vos enfants, pas de souci: tout est prévu pour eux