Bonus voyage: Souvenirs d’Oslo

Je ne sais pas si vous avez aimé lire le triptyque voyage: Madère, Edimbourg, Londres  mais une chose est sure j’ai aimé l’écrire, revivre ces moments précieux entre amies, et en famille. Mais je ressens comme une pointe d’amertume maintenant que c’est fini, or l’amertume je l’aime dans le chocolat, les chicons ou les bières sinon, je trouve cela surfait. Parler de découvertes culinaires à l’étranger sans vous parler d’Oslo, semble avoir cet effet.

Pourquoi ais-je envie de vous parler d’Oslo? Peut-être parce qu’il s’agissait d’un voyage en amoureux super romantique. Ou peut-être parce que nous avons tous les deux adoré la ville, trouvé les gens sympathiques, et mangé super bien dans tous les endroits où nous avons été? Quoi qu’il en soit, je ne l’avais pas fait car cela remonte au mois de mai 2017, et que j’évite d’écrire des articles sur des restaurants goûtés il y a plusieurs mois de peur d’être  plus biaisée que personnelle.

Alors en bonus du triptyque, je vous propose quelques souvenirs culinaires de voyage.
Avant de vous mettre l’eau à la bouche, soyez au fait des points suivants:
Il est possible d’avoir du soleil/ciel bleu (nous n’avons quasi eu que cela) mais la Norvège est plutôt réputée pour la pluie et le froid.
La vie sur place est chère, il ne s’agit pas d’un city trip budget mais bien d’un city trip plaisir.
La monnaie locale est la couronne, pas vraiment de possibilité de payer en €, par contre tout peut se payer par carte (même la grande roue! ou les foodtrucks/baraques à frites), nous n’avons pas une seule fois retiré d’espèces.
L’alcool est TRÈS cher, qu’il s’agisse de bières au supermarché, ou dans un bar, qu’on parle d’alcool fort ou de vin. D’ailleurs, dans la majorité des restos, le menu vin compris est le double du prix du menu sans vin. Vous voilà prévenus, c’est le bon endroit pour reposer vos foies.
Ceci étant dit: Vive Oslo! Et ses bons restos!

En petit repas rapide , je citerai deux lieux: 

Le premier est une pizzeria : Villa Paradiso dans Grünerlokka bien meilleure que celle située dans le centre, même si on a passé un agréable moment chez Olivia.  Elle proposait notamment une pizza à la salsicia et aux épinards frais qui était une véritable tuerie. Un endroit sans prétention, dont le décor n’a pas été vraiment travaillé mais qui a une petite terrasse devant une placette, donc pourquoi pas s’y poser.

Vous préférez être « là où ca se passe », the place to be semble (en partie) être sur les quais. Tous les quais se sont reconvertis en une longue avenue de restos pour tous les styles, et tous les budgets. De la vue sur la marina, au resto « flottant », du burger à l’asiatique, de Jamie’s au TGIF. Bref, vous ne pouvez pas vous tromper, si vous avez faim et ne savez pas où aller.  Psst: c’est valable dès le petit dej si vous allez par exemple au Albert bistro
Nous en avons goûté quelques uns et ma préférence va pour ASIA. Le midi vous y trouverez de rapides lunch, à prix très raisonnable pour la Norvège (oui, partez avec le portefeuille garni, il s’agit du pays que j’ai visité à date où la vie est la plus chère). N’hésitez pas à craquer pour les bentos qui sont d’excellents rapports qualité-prix, mais les plats plus classiques sont tout aussi bons. Le menu est très varié, je pense que tout le monde peut y trouver quelque chose pour lui plaire.
Photo of Asia - Oslo, Norway. Bento Box, great value for money :)

Anca. E. Yelper. Photo Mars 2016

Le bonus? Ils ont une très chouette carte de boissons, avec une carte de bières assez variée. Le soir, pensez à réserver, les jeunes semblent s’y retrouver pour leur pré-soirées, et sont déjà en mode sortie. Ou peut-être est-ce lié au fait qu’un DJ prend place, et qu’on profite de bon son au rythme des plats et des bières.

Et moi, je craque pour la collab Austmann- BBP: La shaman, version norvégienne – un imperial stout avec des notes de chocolat et piment.

img_27821.jpg

Ou pour budget plus soutenu… 

Tombés par hasard sur cette petite pépite juste parce qu’on cherchait désespérément une terrasse avec deux places de libre, au détour d’une arcade, à l’intérieur de bâtiments, se dressait celle-ci. Et pourtant cela ne payait pas de mine : entre Bislett Kebab et Miss gin.
thorvald
Copyright Google maps. Mai 2017

D’une terrasse, ou plutôt lieu de dégustation vu leur fabuleux bar (amateurs de whiskys, c’est pour vous!), nous avons compris que celui-ci était la pointe de l’iceberg, et que nous pouvions prolonger le plaisir par le restaurant qui se trouvait à l’intérieur (qui a aussi une entrée avec pignon sur rue). C’est ça aussi voyager, faire des découvertes totalement inattendues et pourtant tellement géniales.
Je ne sais pas si c’est l’apéro, l’ambiance, la déco qui nous parlait particulièrement (entre batman à table, les murs de briques apparentes, les citations « If you don’t eat you die! ») mais nous avons passé un moment exquis. Nous n’avions pas d’attente envers ce resto et nous n’en avons retiré que du positif. Un service au timing parfait. Une carte de vins variées (même si conformément à la Norvège – aucun à un prix sympa). Des plats à la fois originaux et pourtant bien orchestrés, petits mais franchement, on termine sans avoir faim. Niveau budget, le menu 7 services tourne aux alentours de 90€ hors boissons.  Bon par contre, pas vraiment de menu végé et encore moins vegan.

Bref, nous avons adoré KAMAI et eu depuis plusieurs fois envie d’y retourner. Dommage qu’Oslo ne soit pas la porte d’à côté (et que nous n’ayons pas gagné à l’Euro millions).

Enfin, le fin du fin, c’était le FJORD!

Photo extraite du site web.

Le plus premium de notre voyage, le plus sélectif aussi, un restaurant spécialisé sur les produits de la mer. D’ailleurs, en apéro pour accompagner votre poison on vous propose une mini bourriche d’huîtres (à payer en plus du menu).
Il est classé dans le TOP 10 des restaurants d’Oslo selon plusieurs listes, et il est certain que sur notre échelle à nous aussi il est en haut de celle-ci. D’ailleurs, si vous aimez mettre un peu de budget (comptez 70€ Hors huîtres, hors boisson le menu 6 services), c’est ZE resto qu’on vous recommande sur Oslo. Comme vous le savez peut-être, je ne suis pas très branchée poisson mais là, avec les petits twists proposés, j’y retournerai très très volontiers. Je ne vous en dis pas plus, je préfère que vous alliez le goûter.

Voilàààà, j’espère que ce petit bonus vous a donné envie d’aller manger à Oslo et qu’il clôturait sympathiquement le triptyque voyages.

Et pour ceux à qui cela a donné faim: Bon app!

 

Publicités

Vous êtes à Madère? Tentez Cris’s place

Cela fait quelques temps que je n’ai pas publié d’article, et pour bien commencer 2018 je vous souhaite une année pleine d’aventures et de chouettes dégustations culinaires, de moments plein de sourires et qui vous donnent l’occasion de sortir les bulles.
Et pourquoi pas, une année pleine de voyages?  Allez, je commence donc l’année par un triptyque spécial voyage, Madère, Édimbourg, Londres… Vous êtes prêts à embarquer?

A moins de 6 heures en avion de la Belgique, se trouve une petite île portugaise au ciel bleu éternel, aux gens souriants, entourée de l’océan Atlantique, découvrez l’île aux fleurs: Madère. Ici la nature a beaucoup de droit, ancien volcan, une collection impressionnante de fleurs dont tout une partie qui n’existe qu’ici dans le monde, et quand vous en avez assez de promener, c’est l’occasion d’aller découvrir quelles sont leurs petites pépites culinaires. Actuellement il n’y a qu’un restaurant étoilé (**) sur l’île, « Il gallo d’oro » (la poule d’or j’imagine?), malheureusement le dress code est assez strict et nous n’avions pas emporté le nécessaire dans les valises. On décide alors de sortir des sentiers totalement touristiques et de chercher un restaurant où la nourriture est recherchée mais l’ambiance décontractée et c’est là que nous découvrons Cris’s place.

Un petit restaurant cosy, avec un joli aquarium au centre, au personnel souriant nous ouvre ses portes. Nous préférons rester en terrasse pour profiter du beau temps et vu qu’il est clément le repas restera chaud. Nous sommes ici face à une cuisine portugaise que je qualifierai d’internationale, tout est pensé pour que le touriste aussi passe un bon moment. La carte est disponible en portugais, anglais, allemand et français. Les serveurs ont un excellent niveau d’anglais et se coupent en 4 pour vous satisfaire sans être obséquieux.

Une formule menu 3 services à 37,5€ est disponible et selon internet il s’agit d’un excellent rapport qualité-prix, mais nous avons préféré tenter le service à la carte. Ici pas de chichi, pas de mise en bouche ou chips, et si vous souhaitez du pain c’est en extra mais il est délicieux (avec ou sans raisin au choix) et servi avec une huile d’excellente qualité, du beurre et un fromage frais aux fraises (curieux mais intéressant comme goût). chrisentree1

Mr Meerkat trouvait qu’étant sur une île il serait dommage de ne pas tenter les gambas,  et je dois avouer que voyant arriver celle-ci : je ne pouvais que lui donner raison. Selon ses dire les gambas étaient extrêmement juteuses et bien grillées, et l’assortiment de sauces: mangue, fruits rouges, avocat donnaient au tout une onctuosité et une palette de goûts très variée et colorée.

J’ai longuement hésité à prendre aussi une entrée sur la thématique de l’océan, mais j’ai craqué pour le foie gras car il était au chocolat et il n’y a rien à faire, je suis faible devant ce grand dieu noir ;-). Je m’attendais à un simple pâté accompagné de quelques graines de cacao concassé, j’ai donc été agréablement surprise en recevant un foie poêlé, d’une cuisson parfaitement exécutée sur une crème de chocolat amère et dont le côté sucré venait des  sauces mangues, fruits rouge ou de la poire au vin. chrisentree2

Le choix pour la suite n’était pas aisé, la carte promettant plusieurs possibilités alléchantes, du risotto d’asperges au poulpe grillé en passant par du poulet fumé ou encore de l’agneau cuit à basse température, j’avoue que nous avions du mal à nous décider.  Mr Meerkat a opté pour un risotto au canard, un peu moins raffiné que le visuel ne le laisse supposer mais un goût qui reste exquis, et des proportions qui permettent largement de sortir sans avoir faim, le risotto est onctueux, bref c’était Miam!

chrispla1

Personnellement je suis partie sur les joues de porc braisées accompagnées de purée de pomme de terre locales.  Un excellent plat de brasserie, avec une visualisation restaurant, plus subtil qu’il n’en a l’air : les joues avaient été préalablement braisées avant d’être mises en sauce, un régal, à la fois croustillantes à l’extérieur et moelleuses à l’intérieur.

chrisplat2

Trouvant les assiettes joliment décorées, et intriguée par le « sel bleu », je n’ai pu m’empêcher de demander  ce que c’était, je ne suis pas convaincue d’avoir compris la réponse – du sel de chou fleur – je crois avoir eu le coup du lost in translation.  Par contre, pas moyen de l’acheter tout fait, toutes les petites sauces et sels décoratifs sont faits maison par le chef: aussi bien celui au bacon, qu’à la tomate. La serveuse a poussé l’amabilité jusqu’à m’amener une assiette des différents sels pour me montrer les différences entre eux et m’expliquer comment ils les utilisaient. Je ne saurais jamais comment un chou fleur produit du sel bleu, mais qu’est-ce que je trouve cela agréable quelqu’un qui essaye de répondre de manière complète et non expéditive à une question.  IMG_8462

Bref, j’ai vraiment aimé l’expérience et l’attention donnée aux détails, jusqu’à l’addition (<60€) servie dans un livre personnalisé, je recommande Cris’s place si vous séjournez à Madère, à proximité de Funchal.

IMG_8404

Voici qui clôture le premier volet du triptyque: et si on voyageait?

A bientôt pour une découverte sur Édimbourg 🙂

Un lunch sympa & équilibré? Rendez-vous au pain quotidien – Wemmel

IMG_6944

Pour ceux qui connaissent bien la franchise « Le Pain Quotidien », rien de nouveau dans cet article. Pour les autres, c’est l’occasion de découvrir une chaine de restauration très sympa et en ligne avec les nouvelles tendances de consommation.

J’ai découvert Le Pain Quotidien en arrivant à Bruxelles, quand j’étais étudiante, autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas compris l’engouement que cela générait. Je trouvais le concept trop bourgeois, les repas trop cher, ils n’avaient pas de coca cola (oh!) et surtout la dégustation ne m’avait pas convaincue. Quelques années plus tard, j’ai un revenu, je me suis embourgeoisée et surtout j’ai appris à déguster de nouvelles choses.

Depuis que j’apprécie l’houmous, les falafels, la grenade, le guacamole, la pâte de noix de cajous ou encore le quinoa, toutes ces choses que je ne connaissais pas dans mon enfance, j’adore le pain quot! J’y bois avec plaisir leurs limonades maison (tentez la framboise!) , je raffole de leurs bols, dès les beaux jours leurs salades me font frémir, bref: j’aime y aller et y retourner.

J’y vais pour l’ambiance zen décontractée : une très grande pièce lumineuse comme à Wemmel, le choix entre des tables à partager pour pouvoir ne pas manger seul si on le souhaite, des petits sofas avec tables basses ou des tables plus traditionnelles. Le tout dans un décor nature, aux couleurs claires et bois.

J’y lunche car les serveurs sont non seulement sympathiques mais comprennent que si on est en pause midi on a pas spécialement beaucoup de temps pour manger et le service rapide permet de fournir des plats de qualité à grande vitesse.

J’y retourne pour la qualité de la nourriture et son aspect délicieux aussi bien visuellement que gustativement.  Mais aussi pour la multitude de gens avec qui je peux y passer un moment, aussi bien les omnivores que les végétariens ou encore les vegan y trouveront du choix. Les sucrés fondront devant la carte des desserts (oui oui, aussi des végan)

Je le recommande car ils partagent des valeurs communes : ils défendent le savoir vivre ensemble, avec leurs tables partagées, le recyclage : comme leurs tables partagées dont le bois provient d’anciens trains belges, et parce qu’ici tradition rejoint plaisir et tendances. Cela fait 27 ans que cette enseigne belge se développe et je leur souhaite encore de longues et belles années devant eux.

 

Ps: celui de Wemmel est situé non loin d’un parking, a une belle terrasse, un personnel très sympa et l’intérieur est lumineux parfait pour embellir une journée.

Bon appétit.

 

The Black Sheep : international bistropub

So, you are interested in good beers, fish’n’chips, chicken dips or burgers? You are at the right place: near Flagey, enjoy The black sheep

Que les plus francophones d’entre-vous se rassurent, bien qu’il s’agisse d’un pub où l’on parle allégrement anglais et où une clientèle internationale se côtoie, on y retrouve toutes les facilités en français.

On va au Black Sheep pour …

L’ambiance sympa, affable. Calme avant 21H. Souvent internationale, bruyante après 23h. On aime ou on aime pas, mais ca a un charme particulier.

La liste de bières variées et internationales. Des crafts beer tendance comme la Vuur & Vlam de De Molen aux traditionnelles comme la Triple Karmeliet en passant par la Guiness au fut. Il parait que leurs cocktails valent le peine d’être connus, mais je ne peux m’empêcher de foncer d’abord sur la carte des bières.

cheers

Le vendredi soir pour la découverte d’un live band, un groupe souvent un peu rock qui vient égrener quelques notes et réchauffer l’ambiance.

Et puis, personnellement, je viens aussi pour les petits plats qu’ils y servent, super sympa à partager entre amis. Mes préférés? Les chicken dips, généreux, croquants, croustillants et moelleux à l’intérieur: un délice. Selon moi, les meilleurs que j’aie goûté à Bruxelles. black sheep

Ils existent en deux versions: cacahuètes ou épicées. Comptez 10 €.
Ils servent aussi de grands plateaux à partager qui permettent de satisfaire plusieurs palais à 22€ , là aussi déclinés en deux variantes.

chicken dips

La carte se complète par des tempuras de légumes superbes, malheureusement cela ne me semble pas assez complet pour fournir un repas végétarien sain.
On notera aussi une offre assez vaste de burgers.
Dommage, pas une seule option ne semble disponible pour nos amis vegan, ou en tous cas, elle ne saute pas aux yeux.

Will we meet at The Black Sheep?