Un lunch sympa & équilibré? Rendez-vous au pain quotidien – Wemmel

IMG_6944

Pour ceux qui connaissent bien la franchise « Le Pain Quotidien », rien de nouveau dans cet article. Pour les autres, c’est l’occasion de découvrir une chaine de restauration très sympa et en ligne avec les nouvelles tendances de consommation.

J’ai découvert Le Pain Quotidien en arrivant à Bruxelles, quand j’étais étudiante, autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas compris l’engouement que cela générait. Je trouvais le concept trop bourgeois, les repas trop cher, ils n’avaient pas de coca cola (oh!) et surtout la dégustation ne m’avait pas convaincue. Quelques années plus tard, j’ai un revenu, je me suis embourgeoisée et surtout j’ai appris à déguster de nouvelles choses.

Depuis que j’apprécie l’houmous, les falafels, la grenade, le guacamole, la pâte de noix de cajous ou encore le quinoa, toutes ces choses que je ne connaissais pas dans mon enfance, j’adore le pain quot! J’y bois avec plaisir leurs limonades maison (tentez la framboise!) , je raffole de leurs bols, dès les beaux jours leurs salades me font frémir, bref: j’aime y aller et y retourner.

J’y vais pour l’ambiance zen décontractée : une très grande pièce lumineuse comme à Wemmel, le choix entre des tables à partager pour pouvoir ne pas manger seul si on le souhaite, des petits sofas avec tables basses ou des tables plus traditionnelles. Le tout dans un décor nature, aux couleurs claires et bois.

J’y lunche car les serveurs sont non seulement sympathiques mais comprennent que si on est en pause midi on a pas spécialement beaucoup de temps pour manger et le service rapide permet de fournir des plats de qualité à grande vitesse.

J’y retourne pour la qualité de la nourriture et son aspect délicieux aussi bien visuellement que gustativement.  Mais aussi pour la multitude de gens avec qui je peux y passer un moment, aussi bien les omnivores que les végétariens ou encore les vegan y trouveront du choix. Les sucrés fondront devant la carte des desserts (oui oui, aussi des végan)

Je le recommande car ils partagent des valeurs communes : ils défendent le savoir vivre ensemble, avec leurs tables partagées, le recyclage : comme leurs tables partagées dont le bois provient d’anciens trains belges, et parce qu’ici tradition rejoint plaisir et tendances. Cela fait 27 ans que cette enseigne belge se développe et je leur souhaite encore de longues et belles années devant eux.

 

Ps: celui de Wemmel est situé non loin d’un parking, a une belle terrasse, un personnel très sympa et l’intérieur est lumineux parfait pour embellir une journée.

Bon appétit.

 

Publicités

Miam! La brasserie Lorraine

Quel plaisir, quelle chouette découverte que la brasserie Lorraine.

Petite soeur de la Villa du même nom, la brasserie Lorraine est beaucoup plus jeune et essaye d’attirer les gastronomes en herbe. Entendons-nous bien, elle n’a pas grand chose d’une brasserie si ce n’est peut-être les idées de plat… Mais j’y reviendrai.

Créé en 2009, la Brasserie se définit comme « une brasserie élégante et raffinée… Un décor contemporain particulièrement réussi ». Parlons-en du décor, bien que je ne suis absolument pas spécialisée dans la décoration d’intérieur, j’ai trouvé celui-ci particulièrement hétéroclite, peu intégré et donc en légère discordance avec l’harmonie et le professionnalisme des plats.  Ce n’est pas que je n’appréciais pas l’art présent, c’est que j’ai du mal à comprendre l’ambiance qu’ils ont voulu créer entre les murs lambrissés, les lustres digne d’un repère de chasseurs, le tableau de type street art / collage et celui aux formes géométriques…

IMG_6483 (2)

Passé cette première mise en  question, nous recevons une carte fort alléchante et je dois avouer que j’ai bien du mal à me décider devant la quantité de plats qui me parle. Je finis par opter pour des tagliolinis aux cèpes. Et je suis ravie, la portion est effectivement digne d’une brasserie, mais la qualité dépasse largement la bistronomie que je connais. Les cèpes sont juteux, moelleux avec une consistance parfaite, les pâtes sont à la fois dense, légère et en sauce sans qu’on ait l’impression que l’on baigne dans la sauce. Bref, je suis conquise.

IMG_6484 (2)

Pendant ce temps, Mr Meerkat décide de prendre un foie gras (22€), l’occasion pour lui de comparer sa dernière trouvaille chez Terre de feu (19€).  Selon Mr Meerkat, la foie gras était de qualité similaire, la décoration de la Brasserie Lorraine légèrement supérieure –  plus distinguée et les quantités de la brasserie étaient moins grandes mais largement suffisantes. La différence de prix ne se justifie pas par le plat en tant que tel mais plutôt par l’expérience autour. Les deux étaient donc excellent, pas sur qu’à l’aveugle ce soit la brasserie qui gagne. IMG_6485

La pièce de résistance est sans contexte d’une qualité hors du commun et c’est là qu’on reconnait tout le savoir-faire des grands chefs.

Grande fan de Ris de veau, je n’ai jamais réussi à en cuisiner, raison pour laquelle renoncer à ce plat dans un bon resto est une torture. Pourtant , quelques belles pièces d’Holstein me faisaient hésiter, j’ai donc confié ma décision au serveur qui sans hésitation a conseillé les Ris meunière, girolles et fèves des marais.IMG_6486

Je ne l’ai pas regretté, tout était excellent, de la sauce aux ris en passant par les girolles. Croquants et moelleux, une sauce subtile, savoureuse. Je rêve déjà d’y retourner.

En face, Mr Meerkat se lançait à l’attaque d’un tartare de thon au citron vert, qui a lui tout seul justifie le fait de ce déplacer jusqu’à Uccle.  Ne vous laissez pas tromper par la piètre qualité de ma photo, la portion est largement suffisante et l’éxécution sans faille.IMG_6487

Pas facile d’accompagner des plats aussi différents de vin, nous nous sommes donc laissés guider par le sommelier pour des suggestions au verre et nous n’avons été déçu par aucun, et agréablement surpris par les découvertes néo zélandaises Marlborough.  Si j’en retiens un de la soirée, ce serait le Bel Ouvrage – Damien Laureau, un excellent chenin blanc. Le vin au verre ou au carafon permet donc une belle alternative pour menu bigarré mais aussi pour éviter de devoir prendre plusieurs bouteilles au vu du prix de celles-ci. Car si les plats sont les prix d’une menu gastronomique dans un restaurant, les vins eux jouent directement dans la gamme des restaurants gastronomiques – comptez 80€ la bouteille d’un « petit » vin français.

Personnellement j’étais repue, mais Mr Meerkat, fait rare, avait tellement profité de son repas qu’il a choisi de le prolonger par un moelleux au chocolat dont je tairais les délices.

A noter que si vous souhaitez maitriser votre budget, un menu Bib-gourmand est disponible pour la somme de 37€ et à ce prix là, ce serait dommage de s’en priver.

En conclusion, bien qu’ils se définissent comme une brasserie, le niveau d’exécution est très largement supérieur à la moyenne des restaurants dit-gastronomiques et si le service est plus léger qu’à la Villa, il n’en reste pas moins beaucoup plus soutenu que dans une brasserie. La carte des boissons n’est pas non plus en ligne avec ma définition de brasserie.

Vous cherchez un repas sur le pouce ou une bouffe bonne franquette, passez votre chemin. Vous avez un évènement à fêter ou souhaitez vous faire plaisir et n’avez pas envie d’un service tiré à quatre épingles ni d’une musique d’ascenseur en arrière plan entouré de vieux bourgeois, vous êtes au bon endroit.

 

En tous cas, nous, on y retournera!