Un lunch sympa & équilibré? Rendez-vous au pain quotidien – Wemmel

IMG_6944

Pour ceux qui connaissent bien la franchise « Le Pain Quotidien », rien de nouveau dans cet article. Pour les autres, c’est l’occasion de découvrir une chaine de restauration très sympa et en ligne avec les nouvelles tendances de consommation.

J’ai découvert Le Pain Quotidien en arrivant à Bruxelles, quand j’étais étudiante, autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas compris l’engouement que cela générait. Je trouvais le concept trop bourgeois, les repas trop cher, ils n’avaient pas de coca cola (oh!) et surtout la dégustation ne m’avait pas convaincue. Quelques années plus tard, j’ai un revenu, je me suis embourgeoisée et surtout j’ai appris à déguster de nouvelles choses.

Depuis que j’apprécie l’houmous, les falafels, la grenade, le guacamole, la pâte de noix de cajous ou encore le quinoa, toutes ces choses que je ne connaissais pas dans mon enfance, j’adore le pain quot! J’y bois avec plaisir leurs limonades maison (tentez la framboise!) , je raffole de leurs bols, dès les beaux jours leurs salades me font frémir, bref: j’aime y aller et y retourner.

J’y vais pour l’ambiance zen décontractée : une très grande pièce lumineuse comme à Wemmel, le choix entre des tables à partager pour pouvoir ne pas manger seul si on le souhaite, des petits sofas avec tables basses ou des tables plus traditionnelles. Le tout dans un décor nature, aux couleurs claires et bois.

J’y lunche car les serveurs sont non seulement sympathiques mais comprennent que si on est en pause midi on a pas spécialement beaucoup de temps pour manger et le service rapide permet de fournir des plats de qualité à grande vitesse.

J’y retourne pour la qualité de la nourriture et son aspect délicieux aussi bien visuellement que gustativement.  Mais aussi pour la multitude de gens avec qui je peux y passer un moment, aussi bien les omnivores que les végétariens ou encore les vegan y trouveront du choix. Les sucrés fondront devant la carte des desserts (oui oui, aussi des végan)

Je le recommande car ils partagent des valeurs communes : ils défendent le savoir vivre ensemble, avec leurs tables partagées, le recyclage : comme leurs tables partagées dont le bois provient d’anciens trains belges, et parce qu’ici tradition rejoint plaisir et tendances. Cela fait 27 ans que cette enseigne belge se développe et je leur souhaite encore de longues et belles années devant eux.

 

Ps: celui de Wemmel est situé non loin d’un parking, a une belle terrasse, un personnel très sympa et l’intérieur est lumineux parfait pour embellir une journée.

Bon appétit.

 

Publicités

A l’ombre de la ville: la découverte aigre douce

La curiosité attisée par le post de Belge une fois, j’avais moi aussi envie de me faire un avis sur le magique A l’ombre de la ville.

C’est une découverte tout en nuances que j’ai vécue dimanche soir, alternant les côtés franchement sympas et quelques petites déconvenues.

Le resto se situe non loin de la porte de Namur à Bruxelles dans une petite ruelle où l’on découvre une table discrètement placée près de la devanture. Le logo est superbe et représentatif du côté délibérément romantique.

L’ambiance, le cadre, la déco est franchement un des plus de ce resto et si je devais y associer un seul mot ce serait POÉTIQUE.  On entre dans une maison tout en longueur dans une première pièce, ancienne épicerie qui en conserve le charme avec ses paniers à fruits et légumes.  Par contre, je me demande toujours pourquoi ceux-ci ne sont pas en lien avec les plats à la carte.  Et on traverse celle-ci pour retrouver une table au fond dans un décor bleu turquoise qui me ravit vu qu’il s’agit de mes couleurs préférées. C’est sur, je suis dans l’humeur idéale pour déguster entre amies.

Image may contain: people sitting, table and indoor(1)

Et la vue sur la terrasse me fait déjà envisager d’y revenir au printemps…(2)

Image may contain: plant, table and indoor

Après quelques minutes, la serveuse tout sourire, nous propose l’apéro: ici pas de carte, c’est donc à l’aveugle que l’on choisit entre un Cava aromatisé à l’hibiscus/violette/pastèque ou un Martini Rosato ou un Gin tonic.
J’opte pour le Gin et je suis à nouveau visuellement ravie: le verre est très généreux, la soirée va vite décoller. Dommage quand même que la serveuse n’ait aucune idée du gin choisi et que le goût de celui-ci soit largement noyé dans le sirop d’hibiscus. J’ai quand même fini par diluer mon verre à l’eau pétillante… Mais peut-être est-ce lié au fait que je ne suis pas très sucrée.

Une tasse de thé en porcelaine est un support de mise en bouche intéressante pour nous servir une bon petit velouté de potiron. Dommage que celui-ci soit si petit.

D’autant plus dommage qu’il nous a fallu une heure pour recevoir la carte, ce qui me fait quand même tiquer à partir du moment où les horaires de réservation sont imposés (3 tranches possibles) et où donc j’imagine qu’ils sont rodés. Évidemment, c’est un dimanche soir, ils ont peut-être eu une dure semaine mais j’avais faim…

En entrée, c’est la poêlée de champignons des bois et œuf de caille qui a retenu mon attention. Très bon, simple, mais une sauce subtile qui sait nous donner envie de racler allégrement tout le plat avec le pain. IMG_6461 (2)

Pendant ce temps, Miss cheerful se lance sur les crustacés et reçoit une très jolie saint jacques. Si j’ai bien compris, c’était bon mais avec un goût de trop peu, pas l’idéal donc mais sympa.

IMG_6462 (2)

Au niveau des boissons, une formule que je trouve assez cool: tous les vins sont au même prix (mais que je ne connais pas avant de découvrir la note), et sont disponibles au verre ou à la bouteille de quoi faire quelques chouettes découvertes. On nous propose ici le choix entre 2 rouges un espagnol et un italien. Si je suis conquise par la formule, ce n’est pas spécialement le cas par les vins, ils sont corrects mais pas spécialement à mon goût.

Au niveau des plats, nous choisissons toutes les trois une voie différente, la première opte pour un risotto que j’ai personnellement trouvé bon mais un peu fade.

IMG_6464 (2) La seconde valide un filet de cerf qui m’a semblé très bien préparé et avec une jolie garniture et on comprend l’utilisation de leur #wealllovevegetables

img_6465.jpg

Personnellement je n’avais pas résisté à lorgner la page facebook avant d’y aller, et en voyant cette photo (3) : Image may contain: flower and food

je ne pouvais que craquer sur ce veau grillé aux girolles, vitelotte et châtaignes.

Malheureusement pour moi, le chef n’avait plus de girolles à disposition, et nous ne l’avons appris qu’une fois l’assiette à table. Vu que j’avais choisi le plat dans ce but, j’étais assez déçue. Notons qu’ils ont décompté 4€ du plat vu le manque de girolles et rajouté une portion de purée vitelotte après. Finalement, mon assiette ne ressemblait pas du tout à la photo Facebook ultra attirante mais elle restait  gourmande et j’aime le fait qu’un chef puisse utiliser sa créativité du jour.

IMG_6466 (2)

On ne nous a pas proposé de dessert, dommage nous avions encore un petit creux, probablement un mix entre les discussions entre copines, le vin et l’attente.

Arrive la note et je dois avouer qu’en sortant, nous la trouvions toutes les trois un peu salée. En la revoyant à tête reposée, 170€ pour 3 inclus apéro, entrée plat et 2,5 verre de vin par personne, n’est pas spécialement excessif. Un chouette MERCI personnalisé sur la note m’a quand même fait plaisir. Une fois de plus un point aigre doux donc.

Pour résumer je dirais donc qu’il s’agit d’un cadre vraiment poétique et différent qui vaut le détour, d’une cuisine intéressante. L’expérience ne m’a pas complètement convaincu mais si on m’y invitait je serai prête à laisser une autre chance car j’ai vraiment eu l’impression d’un potentiel supérieur et qu’il ne s’agissait pas de leur meilleure journée.

Et vous, qu’en avez-vous pensé?

Bonne journée,

WM

Crédits : 

Photos 1 / 2/ 3 ambiance et décor issues de la  page facebook du restaurant

Photo by Clélia Mathieu Photography

 

Terre de feu, et si on mangeait en famille?

En tous cas, c’est l’impression que cela donne, manger en famille, tellement Angelo, le patron/cuistot/serveur/conseiller en vin est accueillant.

TERRE DE FEU(1)

Loin du restaurant de viandes argentin que le nom pourrait laisser présager, on se trouve ici face à une cuisine traditionnelle. Fermez les yeux, et imaginez, votre grand-mère vous servant des plats généreux (tu en reprendras bien un petit peu?), gouteux, en sauce…. Bon, cela ne fonctionne que si votre grand-mère cuisine super bien, car on est loin des carbonnades élastiques, le restaurant a un certain niveau.

Familial car on s’y sent comme chez soi, accueilli avec ce sourire qu’un vieil ami qui vous retrouverait aurait en vous reconnaissant. Familial car on sort de là, la peau du ventre bien tendue.  Familial car on s’adapte avec plaisir aux intolérances signalées en dernière minute, et même plus, le menu est adapté pour tous afin que l’on puisse tous profiter de l’upgrade girolles. Familial car les petits bouts sont les bienvenus, d’ailleurs le patron vous prévient directement « d’ici la fin de la soirée, le petit loup finira dans mes bras ».

On le sent, le patron aime cuisiner et a envie de partager sa passion sans chichis. C’est savoureux, sans être sophistiqué. C’est généreux, sans être lourd (mais promis, vous n’aurez plus faim). L’ambiance y est décontractée et pimentée de petites blagues, sans être potache.

Nous avons craqué pour le menu gibier, 49€. Ne vous laissez pas avoir par la mise en bouche, ces rillettes de saumon sont gourmandes et donnent envie d’être étalées encore et encore sur le pain tout chaud, mais la suite sera encore meilleure, ce serait dommage d’être calé par la mise en bouche.

Pour commencer, une entrée de carpaccio de cerf à l’huile de champignons sauvages. Ayant entendu que nous adorions les champignons et vu que Miss Grelot est intolérante au lactose, nous avons eu la chance d’échanger le parmesan contre des girolles à l’ail.
D’habitude, je considère que le carpaccio de cerf, c’est surfait par rapport à un bon bœuf maturé, mais ici j’ai vraiment trouvé l’accord ail-girolles super intéressant.  Mr Meerkat ayant décidé de faire l’original, n’a pas pris le menu, et a donc choisi en entrée le foie gras. Une fois de plus, on retrouve la générosité du patron puisqu’il amène une portion XL en disant « vu que tout le monde va vouloir goûter…. », et il a raison, vu la qualité du foie gras, tout le monde a goûté. Attention, pas de pâté ici, un vrai foie cuit au torchon, accompagné de son chutney de kaki-pomme.  On remarque ici le choix de fruits de saison et le kaki-pomme est excellent.

Photo of Terre de Feu - Chaumont-gistoux, Brabant Wallon, Belgium. Entrée fois gras(2)

On continue le repas avec un filet de biche aux griottes et cointreau. Là aussi, pas de doute, le patron aime partager: les morceaux de filet sont de taille brasserie, mais leur cuisson et tendresse relève clairement du restaurant. Pendant ce temps, Mr Meerkat goûtait à la carte la cote de biche sauce grand veneur.

terre de feu(3)

La viande est juteuse, la cuisson réussie, le morceau est clairement la pièce centrale de part sa taille et son travail. Les accompagnements sont bons, simples, mais pas spécialement à retenir.

Pour finir le menu, nous choisissons Mr Beard & moi-même l’assiette de fromages, qui a l’avantage d’être servie à bonne température. C’est fou le nombre de restos qui servent le fromage ultra froid. Une très bonne façon de terminer la journée.

Verdict? Un excellent moment, j’ai bien mangé, je me suis sentie vraiment à l’aise, et les portions généreuses m’ont fait me sentir à la maison. Pas de doute, le rapport quantité-prix n’est pas du tout surfait. La qualité est aussi présente, c’est certain, mais peut-être pas le raffinement que je recherche à ce prix-là.

J’y reviendrais. Si j’habitais dans le coin, je deviendrais probablement une habituée, pour un plat , car c’est vraiment agréable de trouver un resto aussi sympatoche, généreux, sans chichi, où l’on mange bien avec de la recherche mais sans spécialement de finesse ou d’association osée.

N’hésitez pas à passer la porte et à découvrir Terre de feu …

 

 

 

Ps: aimer l’ail est un plus pour apprécier la cuisine ici 🙂

 

 

Légende photos:
Comme vous le savez, je n’aime pas prendre des photos au restaurant. Une fois de plus j’ai donc oublié de mitrailler en mangeant.  Les photos sont donc extraites de différents sites internet, mais sont toutes représentatives de ce que nous avons expérimenté.

(1) : https://www.resto.be/restaurant/chaumont-gistoux/1325-chaumont-gistoux/1097-terre-de-feu/#/step1

(2) : Yelp par Chris G. 2016
https://www.yelp.com/biz_photos/terre-de-feu-chaumont-gistoux?select=Ec4ox5F5J1rP03Yyt6CeuA

(3) Trip Advisor par Sabrina F. 2015

https://fr.tripadvisor.be/Restaurant_Review-g2364587-d3706094-Reviews-Terre_de_Feu-Chaumont_Gistoux_Walloon_Brabant_Province_Wallonia.html#photos;geo=2364587&detail=3706094&ff=154166765&albumViewMode=hero&aggregationId=101&albumid=101&baseMediaId=154166765&thumbnailMinWidth=50&cnt=30&offset=-1&filter=7&autoplay=

 

 

L’Anti Pasto : une cuisine simple et savoureuse

C’est quand même sympa de pouvoir manger de temps en temps une cuisine simple et sans prise de tête. Et à ce niveau là, la cuisine italienne offre de très chouettes compromis dans les restos milieu de gamme.

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de l’Anti Pasto. Un restaurant italien simple et savoureux à Zellik.
On y trouve une large gamme de pâtes entre 12€ et 17,5€ dont 5 sortes sont végétariennes.

Aujourd’hui, nous avons craqué sur de simples carbos et il faut avouer qu’elles sont très sympas. La pâte est goûtue, ferme. La garniture simple mais bien équilibrée et pas trop grasse pour un carbo à la belge.carbo2Pour y avoir déjà goûté quelques autres plats de pâtes, je n’ai aucun scrupule à vous recommander les spaghettis Bruschetta (tomates cerises, roquette, parmesan, huile d’olive) ou les cannellonis ricotta épinards (à éviter si vous avez tendance à piquer du nez après un repas consistant).

Leur carte des pizzas, cuites au feu de bois, séduira les amateurs du genre et vous pourrez revenir une trentaine de fois afin de toutes les gouter.

Évidemment, on trouve les traditionnels plats de viande ou de poisson. Comme par exemple, l’escalope de veau Saltimbocca à la romaine. A nouveau on retrouve un plat équilibré et une portion généreuse en goût.

saltimbocca

Selon le marché, le chef ajoute aussi à la carte une série de suggestion. Typiquement, on retrouve régulièrement à cette saison des cèpes frais ou autre espadon.

C’est sympa en amoureux pour l’ambiance un peu feutrée ou en petit groupe d’amis mais les grands groupes risqueront de s’y sentir à l’étroit.  Pas de souci non plus pour un business lunch, les serveurs sont discrets et il est possible de demander à table à l’écart.

Un regret? Ne pas y avoir encore goûté la carte des vins. Si vous avez eu cette occasion, n’hésitez pas à partager votre point de vue.

Bon appetito

 

A l’aventure : Magic Mushroom

 

mushroom

Que cela soit dit: je suis fan de champignons! Que l’on me parle de simples champignons de paris ou de truffes, je commence déjà à saliver.
J’aurai bien du mal à vous dire si je préfère les cèpes ou les girolles, même si la relative rareté du premier en produit frais fera pencher mon coeur dans la balance au resto. Mon frigo contient régulièrement des shiitakés et des pleurotes, mes armoires des trompettes de la mort sechées ou des morilles.

Cette courte note a donc pour vocation à rassembler ce que j’aimerai explorer à l’avenir en terme de champignons.
Vous connaissez d’autres champignonières, ceuillettes ou moments intéressants? N’hésitez pas à les partager!

Restos

Le café des spores: brasserie bruxelloise spécialisée en champignons de l’entrée au dessert : http://www.cafedesspores.be/home/food.html
Menu 3 services: 36€ : disponible en végé, terre ou mer

Origine

Les champignognières commencent à pousser partout en ville. Si vous ne l’avez pas encore lu, n’hésitez pas à parcourir l’article sur le champignon de Bxl.
Dans la même trempe, et précurseurs du champignon de Bxl, une initiative intéressante a vu le jour en 2014: Permafungi qui a pour but de développer des pleurotes sur du marc de café, ou comment faire de l’économie circulaire urbaine. En 3 ans: ils ont déjà recyclé 44 tonnes de marc de café et produit près de 10.000kg de pleurotes.

Une belle initiative que j’ai hâte de découvrir sur place.

Miam?
Je n’ai encore jamais gouté ni de mousserons, ni de rosé des près, et vous les foodies: qu’en pensez-vous?

Le saviez-vous?
Il semblerait qu’en Europe, la Belgique soit la troisième en terme de diversité de champignons.

 

Salut les bolets,

FF

PS: Comme tous les articles de la catégorie « Et si le meilleur était à venir? », il sera édité au fur & à mesure des découvertes ou nouvelles envies

Photo empruntée à inquisitr