Le repère des amateurs de viande: le Colonel

Partis entre copains pour une noble cause, ou en tous cas pour fêter un anniversaire, nous voici direction l’un des meilleurs restos viandes de Bruxelles. Végétariens, abstenez-vous ce lieu n’est pas fait pour vous. D’ailleurs si vous avez une bonne recommandation pour un restaurant gastronomique végé, je suis preneuse.

Quatre larrons en route pour le Colonel, ce restaurant à l’ambiance post industrielle où l’on est accueilli avec un comptoir boucherie, une brigade impressionnante de serveurs et une belle liste de cocktails. Quatre larrons prêt à challenger la taille de leur estomac et la profondeur de leur portefeuille. Quatre larrons satisfaits, régalés et contents d’avoir passé un excellent moment.

Le colonel est un restaurant fondu de viande et qui s’assume comme tel, d’ailleurs en général vous n’y trouverez pas de plat sans viande. Branché, plein de jeunes cadres dynamiques prêts à faire chauffer leur visa gold, on y retrouve tous les cocktails à la mode et pour les accompagner pourquoi ne pas commencer par une planchette de dégustation. Selon moi, deux valent spécialement le détour : la planche gourmande: Saucisson d’Aveyron, rillettes d’oie, terrine aux trois foies, simple mais parfaite pour mettre dans l’ambiance et que tout le monde ait l’impression de prendre l’apéro, ou le must: la planche de viandes affinées: Simmental, Holstein, Rubia Gallega : idéal pour comparer les différences et comprendre l’objet du lieu.IMG_8866[1]

Pour suivre, plusieurs entrées s’offrent à vous et la majorité sont très sympathiques. L’Os à moelle vaut vraiment la peine mais ils demandent 15 minutes d’attente et personnellement j’ai une préférence pour le trio de Viva ‘m’boma. Le foie gras aussi est sympa mais en général je préfère me réserver et ne pas prendre d’entrée pour me concentrer sur le plat.

Au niveau des plats, un choix fondamental vous revient: un plat « classique » ou passer à la boucherie. Si les plats sont vraiment bons, c’est la boucherie qui rend ce lieu singulier. Et là, tout dépend de l’arrivage du jour, entre Wagyu, Limousine, …, ou ma préférée Rubia Gallega le choix est toujours difficile. Heureusement les morceaux de tailles différentes pourront vous aiguiller en fonction du nombre de convives prêts à partager leur repas avec vous.  Le prix de la viande dépend du morceau choisi et du poids mais attendez vous à environ 70€ pour deux personnes…Il faut compter une bonne demi heure entre le choix de la viande et la dégustation. En effet, le colonel est fier de pratiquer une cuisson dans un four nommé Josper et de laisser la viande reposer avant de vous la servir accompagnée de petits légumes très variés et de frites cuites dans la graisse de bœuf  *comme quand j’étais petite*.

IMG_8867[1]

Si après le presque kilo de viande vous avez encore faim, pourquoi ne pas goûter un de leurs deux desserts signatures. Sans surprise un colonel (sorbet citron vodka) – bon mais classique, ou leur Snickers déstructuré: excellent (candidat pour le diabète ^^ ) si vous aimez la cacahuète.

IMG_8868[1]

Bref, si vous n’avez jamais goûté de viande maturée et que vous êtes tentés, le colonel est le restaurant qu’il vous faut.  Attention, le soir: réservation vivement conseillée, le lieu est trendy et dans le quartier de Louise.

 

A bientôt pour de nouvelles découvertes,

WM

 

 

Publicités

London calling : Cây tree

Il y a quelques semaines, je rendais visite à une de mes amies expat Miss Pink, avec Miss Sweet. Londres n’est-il pas la destination idéale pour clôturer notre premier triptyque voyage? Beaucoup plus proche que Madère,  et pas besoin de prendre l’avion comme pour Édimbourg , Londres se trouve à un jet de pierres de Bruxelles ou plutôt devrais-je dire un Eurostar. Ne confondez pas avec le Thalys, les contrôles préalables sont plus longs et le check-in ferme plus tôt, sinon vous risquez quelques mésaventures comme moi, mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Nous avions prévu pour notre arrivée d’aller fêter celle-ci avec un barbecue Coréen, Gogi et pour être très franche avec vous je comptais en faire l’article de ce blog. Je n’écris pas sur tous les restaurants où je mange afin de garder du fun dans les dégustations. Mais j’aimerai conserver la ligne éditoriale de ce blog qui a pour ambition de vous conseiller des restos plutôt que de détériorer la réputation de ceux-ci, et je n’ai pas été particulièrement convaincue par ce dernier et si vous souhaitez mon avis succinct, rendez-vous ici.

La bonne découverte culinaire du week-end a été choisie sur base d’internet, j’avais terriblement envie de pho, vous savez ces soupes-repas vietnamiennes, et Cây tree était recommandé dans le TOP10 des Phos à Londres. Nous voilà donc embarquées pour un trip dans Soho, à la recherche de cette petite perle.  Premier conseil: réservez! Nous n’étions manifestement pas les seules à avoir compris qu’il s’agissait d’un chouette lieu car celui-ci était non seulement plein mais la file d’attente était assez longue, nous avons donc réservé pour un service plus tard. Pas de panique, il ne s’agit pas de ces restos où dès votre plat avalé on vous pousse vers la sortie afin d’optimiser le nombre de services, mais le lieu reste bruyant et il ne s’agit pas non plus d’un endroit où on resterait toute la fin de soirée à siroter tout le verger après son repas.

Deuxième conseil: venez l’esprit ouvert. J’étais tellement coincée sur l’idée de prendre un pho que je me suis retrouvée bien ennuyée quand j’ai vu cette carte aussi large qu’alléchante.

Troisième conseil: arrivez l’estomac vide. Le service est aimable et rapide donc si vous avez une idée de ce que vous souhaitez avaler, vous recevrez assez vite le met de votre choix et les portions ne sont pas petites.

Ci dessous le Pho signature, un pho à la fois épicé (pas très piquant) et subtil au bon goût de cacahuète bien prononcé. Si vous ne le précisez pas, seules des baguettes vous seront fournies. On y retrouve pas mal de viande, qui contient pas mal de graisse c’est vrai, mais est pleine de goût.img_7794-1.jpg

Leur pho classique est excellent pour goûter un premier Pho, très léger certain.e.s le qualifieront peut-être de trop neutre, mais en y prêtant attention une palette subtile de saveurs s’en dégage.

IMG_7793 (1)

Enfin, Miss Pink s’est essayée au Bun Bo Bué, la version épicée du Pho en provenance de Hué, l’ancienne capitale impériale. On y retrouvait à profusion du cake de crabe, absolument terrible selon elle, de la pâte de crevettes mais aussi du bœuf, ou de la citronnelle.IMG_7792

Quand on pense que ces portions coutent une quinzaine d’euros, on ne se sent vraiment pas volé.

Au niveau du service, rien à redire, le personnel est à l’écoute et prêt à nous aider sur la moindre demande. Le lieu est bruyant mais cela est du au nombre de couverts présents, la rançon de la gloire j’imagine. Enfin, ce que je trouve personnellement très bon signe, on y retrouve bon nombre d’asiatiques, peut-on en déduire que la cuisine ressemble à celle d’origine? Je n’oserai le signer mais peut-être bien 🙂

** Bonus London **

Vous êtes à Londres pour plusieurs jours? Vous avez faim et pas envie de manger asiatique? Si vous n’êtes pas regardant sur le budget, pourquoi pas aller faire un tour du côté de Notting Hill. En plus d’une charmante bourgade digne d’un film romantique à la Julia Roberts vous pourriez y découvrir: The Shed.

IMG_7768

Selon moi, The Shed est parfait pour les hipsters, décoré avec des objets de récup’, une dimension qui se veut circuit court (leur propre ferme) et écologique, du maison et de la cuisine soignée.
Si l’endroit revêt un certain charme, le fait qu’il y ait eu une panne d’électricité (et donc de chauffage) juste avant notre arrivée a jeté un froid (ahah!).  Heureusement ils ont de petites couvertures à disposition, mais n’oubliez pas que comme la majorité des endroits de Londres c’est encore du simple vitrage, on sent vite le vent.

D’un point de vue purement culinaire, j’ai apprécié l’expérience, une cuisine londonienne – avec une pointe d’international. Des mets variés avec des associations qui de mon point de vue continental semblaient osées (peut-être moins pour les habituées des Royaumes Unis) mais en tous les cas réussies. Des présentations qui donnaient envie de se lancer sur les plats. Bref c’était très bien.

Mais pourquoi n’ais-je donc pas choisi d’en faire le centre de l’article? Tout simplement car si j’ai apprécié la nourriture, la taille des « tapas » n’était – de mon point de vue – pas en ligne avec le prix, et nous avons du recommander pour assouvir notre faim, ce qui au final nous a amené à une note salée, près de 98£ (environ 110€) pour 3 personnes, sans vin , sans dessert avec une seule limonade par personne me semble un peu rude pour un lunch.

Ceci dit, j’en retiens beaucoup de positif: je referai chez moi des gnocchis au potiron, fromage frais et à l’oseille frite.

IMG_7769

Le fromage maison de chèvre doré au miel et aux amandes était excellent, mais l’excellente surprise du moment était la sole aux amandes, échalottes vin rouge était une tuerie.

Je retiendrai que si LA sainte jacques unique est très bonne avec son kimchi de chou fleur, cela relève plus de la mise en bouche offerte dans de nombreux restos que d’une entrée proprement dite.

Possibilité de manger Vegan, et il y a déjà pas mal d’offres végétariennes à la carte, c’est un plus 🙂

Excellent donc, mais pas le meilleur rapport qualité prix qu’il m’a été donné de découvrir. Ceci dit,  nous avons vu d’autres convives recevoir des plats bien plus grands, nous n’avons peut-être pas eu de chance sur les 8 que nous avons goûté et Miss Pink avait déjà profité de l’autre restaurant de la franchise – The Rabbit – qu’elle nous conseillait.

Peut-être que le mieux au final c’est de vous faire votre propre avis?

Bye bye, see you soon 🙂

Une visite du chateau d’Edimbourg? Après l’effort, le réconfort au Cannonball

Bonjour,

J’espère que vous êtes bien remis des fêtes et prêts à déguster les nouvelles surprises que le monde nous réserve. Vous êtes plutôt temps gris que ciel bleu, médiéval que méditerranéen, anglais que portugais, £ vs €, vol très court (<2h), vs vol moyen (<6h) alors plutôt que Madère (voir volet 1 du triptyque), préférez Édimbourg. Pour le deuxième volet de ce triptyque voyage, je vous propose de découvrir Cannonball de la famille Contini à Édimbourg.

Parties entre copines, découvrir cette jolie cité médiévale, ce joyau de l’Écosse nous a permis de papillonner dans quelques lieux gourmands, de l’échoppe de fudge artisanal (caramel mou) au gastropub The devil’s advocate , en passant par un excellent brunch  au Clarinda’s tea room, ou encore un repas facile à l’indien en face du théâtre. Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’une des trois enseignes de la famille Contini, celle située en haut de l’avenue Cannongate, contre le château d’Edimburgh.

J’aime ce décor chargé, aux superbes fauteuils confortables, boiseries qui semblent lourdes d’histoire,  lumières tamisées et ambiance feu de bois.

Cannonball Restaurant & Bar(1)

Nous cherchions un lieu gourmand pour nous réchauffer, et quoi de plus réconfortant qu’un traditionnel mac’n’cheese?

IMG_7083 (1)Le bon vieux macaroni au fromage ici existe en deux versions, traditionnelle au cheddar saupoudré de chou-fleur grillé ou la version premium « Lobster Thermidor macaroni cheese »  qui comme son nom l’indique intègre directement du homard frais écossais dans le nettement moins traditionnel macaroni. Celui-ci n’est donc plus agrémenté de cheddar mais de « Isle of Mull cheese » un fromage en provenance directe d’un fermier écossais.

IMG_7082 (1)

On compte 21£ pour la version premium vs 12£ pour le traditionnel, et si certes la version premium a petite touche très intéressante, on la trouve un peu chère pour le résultat.

Ayant entendu vanter les mérites de la poitrine de porc écossaise, je me suis laissée tenter parce dernier aromatisé au romarin. Comme la photo le laisse prédire, nous ne sommes pas dans de la fine gastronomie mais plutôt dans le plat en sauce qui réchauffe.

IMG_7081

Goûtue, elle se défait sans être filasse, l’extérieur a été caramélisé et ce cela apporte une nuance sympa. La purée quant à elle contient probablement une bonne motte de beurre, heureusement j’aime cela.  Les légumes sont croquants et on ne regrette pas qu’ils baignent dans la sauce même si un peu trop sucrée à mon goût.  Un très bon plat de brasserie, mais pour 18£ c’est plus la localisation touristique qui justifie son prix que l’exécution bien que bonne.

Une belle carte de whisky est disponible, le resto fournit de plus grandes salles ainsi qu’un fumoir dédié aux cigares si vous souhaitez la jouer Churchill avec votre tourbé.

A noter les prix mentionnés ci dessus sont les prix « lunch », le soir la carte change certains plats ne sont plus disponibles (cf macaronis), de nouveaux apparaissent et ceux qui y restent sont plus chers (ex: la poitrine de porc est à 20£ au lieu de 18£).

Une jolie brasserie, avec un très bon rapport localisation-qualité-prix. Si vous ne jouez pas les touristes par contre, c’est peut-être un chouia trop cher, mais pas de beaucoup.  Si je repasse devant je n’hésiterai pas à y remanger, mais je ne ferai pas le détour explicitement pour y aller.

 

Légende : 1 photo extraite du site internet du restaurant.

Ps 2: je mens un peu, il y a évidemment moyen d’avoir du ciel bleu aussi à Édimbourg, la preuve avec cette photo à la sortie du resto. IMG_7091

Vous êtes à Madère? Tentez Cris’s place

Cela fait quelques temps que je n’ai pas publié d’article, et pour bien commencer 2018 je vous souhaite une année pleine d’aventures et de chouettes dégustations culinaires, de moments plein de sourires et qui vous donnent l’occasion de sortir les bulles.
Et pourquoi pas, une année pleine de voyages?  Allez, je commence donc l’année par un triptyque spécial voyage, Madère, Édimbourg, Londres… Vous êtes prêts à embarquer?

A moins de 6 heures en avion de la Belgique, se trouve une petite île portugaise au ciel bleu éternel, aux gens souriants, entourée de l’océan Atlantique, découvrez l’île aux fleurs: Madère. Ici la nature a beaucoup de droit, ancien volcan, une collection impressionnante de fleurs dont tout une partie qui n’existe qu’ici dans le monde, et quand vous en avez assez de promener, c’est l’occasion d’aller découvrir quelles sont leurs petites pépites culinaires. Actuellement il n’y a qu’un restaurant étoilé (**) sur l’île, « Il gallo d’oro » (la poule d’or j’imagine?), malheureusement le dress code est assez strict et nous n’avions pas emporté le nécessaire dans les valises. On décide alors de sortir des sentiers totalement touristiques et de chercher un restaurant où la nourriture est recherchée mais l’ambiance décontractée et c’est là que nous découvrons Cris’s place.

Un petit restaurant cosy, avec un joli aquarium au centre, au personnel souriant nous ouvre ses portes. Nous préférons rester en terrasse pour profiter du beau temps et vu qu’il est clément le repas restera chaud. Nous sommes ici face à une cuisine portugaise que je qualifierai d’internationale, tout est pensé pour que le touriste aussi passe un bon moment. La carte est disponible en portugais, anglais, allemand et français. Les serveurs ont un excellent niveau d’anglais et se coupent en 4 pour vous satisfaire sans être obséquieux.

Une formule menu 3 services à 37,5€ est disponible et selon internet il s’agit d’un excellent rapport qualité-prix, mais nous avons préféré tenter le service à la carte. Ici pas de chichi, pas de mise en bouche ou chips, et si vous souhaitez du pain c’est en extra mais il est délicieux (avec ou sans raisin au choix) et servi avec une huile d’excellente qualité, du beurre et un fromage frais aux fraises (curieux mais intéressant comme goût). chrisentree1

Mr Meerkat trouvait qu’étant sur une île il serait dommage de ne pas tenter les gambas,  et je dois avouer que voyant arriver celle-ci : je ne pouvais que lui donner raison. Selon ses dire les gambas étaient extrêmement juteuses et bien grillées, et l’assortiment de sauces: mangue, fruits rouges, avocat donnaient au tout une onctuosité et une palette de goûts très variée et colorée.

J’ai longuement hésité à prendre aussi une entrée sur la thématique de l’océan, mais j’ai craqué pour le foie gras car il était au chocolat et il n’y a rien à faire, je suis faible devant ce grand dieu noir ;-). Je m’attendais à un simple pâté accompagné de quelques graines de cacao concassé, j’ai donc été agréablement surprise en recevant un foie poêlé, d’une cuisson parfaitement exécutée sur une crème de chocolat amère et dont le côté sucré venait des  sauces mangues, fruits rouge ou de la poire au vin. chrisentree2

Le choix pour la suite n’était pas aisé, la carte promettant plusieurs possibilités alléchantes, du risotto d’asperges au poulpe grillé en passant par du poulet fumé ou encore de l’agneau cuit à basse température, j’avoue que nous avions du mal à nous décider.  Mr Meerkat a opté pour un risotto au canard, un peu moins raffiné que le visuel ne le laisse supposer mais un goût qui reste exquis, et des proportions qui permettent largement de sortir sans avoir faim, le risotto est onctueux, bref c’était Miam!

chrispla1

Personnellement je suis partie sur les joues de porc braisées accompagnées de purée de pomme de terre locales.  Un excellent plat de brasserie, avec une visualisation restaurant, plus subtil qu’il n’en a l’air : les joues avaient été préalablement braisées avant d’être mises en sauce, un régal, à la fois croustillantes à l’extérieur et moelleuses à l’intérieur.

chrisplat2

Trouvant les assiettes joliment décorées, et intriguée par le « sel bleu », je n’ai pu m’empêcher de demander  ce que c’était, je ne suis pas convaincue d’avoir compris la réponse – du sel de chou fleur – je crois avoir eu le coup du lost in translation.  Par contre, pas moyen de l’acheter tout fait, toutes les petites sauces et sels décoratifs sont faits maison par le chef: aussi bien celui au bacon, qu’à la tomate. La serveuse a poussé l’amabilité jusqu’à m’amener une assiette des différents sels pour me montrer les différences entre eux et m’expliquer comment ils les utilisaient. Je ne saurais jamais comment un chou fleur produit du sel bleu, mais qu’est-ce que je trouve cela agréable quelqu’un qui essaye de répondre de manière complète et non expéditive à une question.  IMG_8462

Bref, j’ai vraiment aimé l’expérience et l’attention donnée aux détails, jusqu’à l’addition (<60€) servie dans un livre personnalisé, je recommande Cris’s place si vous séjournez à Madère, à proximité de Funchal.

IMG_8404

Voici qui clôture le premier volet du triptyque: et si on voyageait?

A bientôt pour une découverte sur Édimbourg 🙂

Terre de feu, et si on mangeait en famille?

En tous cas, c’est l’impression que cela donne, manger en famille, tellement Angelo, le patron/cuistot/serveur/conseiller en vin est accueillant.

TERRE DE FEU(1)

Loin du restaurant de viandes argentin que le nom pourrait laisser présager, on se trouve ici face à une cuisine traditionnelle. Fermez les yeux, et imaginez, votre grand-mère vous servant des plats généreux (tu en reprendras bien un petit peu?), gouteux, en sauce…. Bon, cela ne fonctionne que si votre grand-mère cuisine super bien, car on est loin des carbonnades élastiques, le restaurant a un certain niveau.

Familial car on s’y sent comme chez soi, accueilli avec ce sourire qu’un vieil ami qui vous retrouverait aurait en vous reconnaissant. Familial car on sort de là, la peau du ventre bien tendue.  Familial car on s’adapte avec plaisir aux intolérances signalées en dernière minute, et même plus, le menu est adapté pour tous afin que l’on puisse tous profiter de l’upgrade girolles. Familial car les petits bouts sont les bienvenus, d’ailleurs le patron vous prévient directement « d’ici la fin de la soirée, le petit loup finira dans mes bras ».

On le sent, le patron aime cuisiner et a envie de partager sa passion sans chichis. C’est savoureux, sans être sophistiqué. C’est généreux, sans être lourd (mais promis, vous n’aurez plus faim). L’ambiance y est décontractée et pimentée de petites blagues, sans être potache.

Nous avons craqué pour le menu gibier, 49€. Ne vous laissez pas avoir par la mise en bouche, ces rillettes de saumon sont gourmandes et donnent envie d’être étalées encore et encore sur le pain tout chaud, mais la suite sera encore meilleure, ce serait dommage d’être calé par la mise en bouche.

Pour commencer, une entrée de carpaccio de cerf à l’huile de champignons sauvages. Ayant entendu que nous adorions les champignons et vu que Miss Grelot est intolérante au lactose, nous avons eu la chance d’échanger le parmesan contre des girolles à l’ail.
D’habitude, je considère que le carpaccio de cerf, c’est surfait par rapport à un bon bœuf maturé, mais ici j’ai vraiment trouvé l’accord ail-girolles super intéressant.  Mr Meerkat ayant décidé de faire l’original, n’a pas pris le menu, et a donc choisi en entrée le foie gras. Une fois de plus, on retrouve la générosité du patron puisqu’il amène une portion XL en disant « vu que tout le monde va vouloir goûter…. », et il a raison, vu la qualité du foie gras, tout le monde a goûté. Attention, pas de pâté ici, un vrai foie cuit au torchon, accompagné de son chutney de kaki-pomme.  On remarque ici le choix de fruits de saison et le kaki-pomme est excellent.

Photo of Terre de Feu - Chaumont-gistoux, Brabant Wallon, Belgium. Entrée fois gras(2)

On continue le repas avec un filet de biche aux griottes et cointreau. Là aussi, pas de doute, le patron aime partager: les morceaux de filet sont de taille brasserie, mais leur cuisson et tendresse relève clairement du restaurant. Pendant ce temps, Mr Meerkat goûtait à la carte la cote de biche sauce grand veneur.

terre de feu(3)

La viande est juteuse, la cuisson réussie, le morceau est clairement la pièce centrale de part sa taille et son travail. Les accompagnements sont bons, simples, mais pas spécialement à retenir.

Pour finir le menu, nous choisissons Mr Beard & moi-même l’assiette de fromages, qui a l’avantage d’être servie à bonne température. C’est fou le nombre de restos qui servent le fromage ultra froid. Une très bonne façon de terminer la journée.

Verdict? Un excellent moment, j’ai bien mangé, je me suis sentie vraiment à l’aise, et les portions généreuses m’ont fait me sentir à la maison. Pas de doute, le rapport quantité-prix n’est pas du tout surfait. La qualité est aussi présente, c’est certain, mais peut-être pas le raffinement que je recherche à ce prix-là.

J’y reviendrais. Si j’habitais dans le coin, je deviendrais probablement une habituée, pour un plat , car c’est vraiment agréable de trouver un resto aussi sympatoche, généreux, sans chichi, où l’on mange bien avec de la recherche mais sans spécialement de finesse ou d’association osée.

N’hésitez pas à passer la porte et à découvrir Terre de feu …

 

 

 

Ps: aimer l’ail est un plus pour apprécier la cuisine ici 🙂

 

 

Légende photos:
Comme vous le savez, je n’aime pas prendre des photos au restaurant. Une fois de plus j’ai donc oublié de mitrailler en mangeant.  Les photos sont donc extraites de différents sites internet, mais sont toutes représentatives de ce que nous avons expérimenté.

(1) : https://www.resto.be/restaurant/chaumont-gistoux/1325-chaumont-gistoux/1097-terre-de-feu/#/step1

(2) : Yelp par Chris G. 2016
https://www.yelp.com/biz_photos/terre-de-feu-chaumont-gistoux?select=Ec4ox5F5J1rP03Yyt6CeuA

(3) Trip Advisor par Sabrina F. 2015

https://fr.tripadvisor.be/Restaurant_Review-g2364587-d3706094-Reviews-Terre_de_Feu-Chaumont_Gistoux_Walloon_Brabant_Province_Wallonia.html#photos;geo=2364587&detail=3706094&ff=154166765&albumViewMode=hero&aggregationId=101&albumid=101&baseMediaId=154166765&thumbnailMinWidth=50&cnt=30&offset=-1&filter=7&autoplay=

 

 

Le Selecto, la ripaille intéressante

« Un resto qui a la bistronomie dans le cœur, la convivialité dans le sang, et la ripaille intéressante », voilà comment se décrit Le Selecto en ouverture de son site web.

La bistronomie est à la fois pour un moi un concept extrêmement intéressant et malheureusement souvent un mauvais compromis où le resto se veut + haut de gamme que le raffinement qu’il réussit à atteindre et où les portions ont fondus de manière inversement proportionnelle à la note. J’ai donc peu tendance à sélectionner ce type de resto car je préfère un côté franchouillard assumé ou une vraie expérience gastronomique, mais il m’avait été recommandé par quelqu’un qui a compris mes goûts, et je n’ai pas été déçue.

Situé entre le canal et Dansaert, le Selecto offre une localisation intéressante si on veut coupler l’évènement à une soirée ciné. D’emblée en rentrant dans le bistrot, on sent l’approche conviviale. On vous fait de la place, on vous mets à l’aise. Le côté bistronomique est totalement assumé puisque pour l’apéro on reçoit des rillettes pour accompagner au choix aussi bien une coupe de champagne, qu’un verre de vin ou encore une carte de bières peu fournie mais intéressante.

Le concept est assez simple, des menus 2 (36€) ou 3 (42€) services à choisir à la carte ou en suggestion: facile, pas de prise de tête sur l’addition des plats à la carte pour savoir ce qui est le plus intéressant financièrement parlant, c’est limpide: petite faim ou grande faim.

Après une petite mousse de la Brasserie de la Senne, nous avons opté pour le menu 2 services: entrée et plat.  Perso je suis tout de suite mise à l’aise, face à mes questions par rapport aux suggestions: pas de rond-de-jambe, des réponses franches directes et étayées. Quel plaisir!

C’est donc sur les conseils de la serveuse que je démarre avec un mille-feuille de saumon extra-doux, aux fruits et légumes à l’orientale sur un lit de saint jacques.

selecto1

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une très fine couche tendre de lasagne entre le saumon. Le choix des fruits et légumes exotiques se combine vraiment bien avec l’ensemble et l’accompagnement d’un vin au verre est remarquable sur le choix du vin , un Froggy wine de chez Luneau Papin, encore un autre bon conseil des serveurs.

Pendant ce temps, Mr Meerkat, penche pour un généreux carpaccio de boeuf au foie gras et champignons. Très bon, le carpaccio pêche un peu par sa générosité en terme d’épaisseur de tranches, mais vu la quantité limitée de foie gras, ce n’est pas un souci. C’est très bon bien que cela ne soit pas le meilleur carpaccio que je connaisse.

selecto2

Pour accompagner l’entrée de Mr Meerkat et le plat à venir, nous choisissons un côte du Rhone, Chat fou, vraiment TRÈS sympathique, que je chercherai d’ailleurs dans le commerce pour d’autres occasions. Si vous voulez gouter, vous trouverez une review ici.

La bonne nouvelle c’est qu’il allait aussi bien avec l’entrée , qu’en complément de la souris d’agneau cuisson lente accompagnée de ses carottes déglacées aux agrumes. Cela faisait longtemps que je n’avais pas apprécié à ce point de l’agneau, entre le côté externe très légèrement croustillant et l’intérieur fondant et juteux, c’était juste fantastique. Et cela se mariait tellement bien avec la purée onctueuse, relevée par les carottes. selecto3

Comme vous le voyez, on ne sort pas de là en ayant faim et ce même sans avoir pris l’option dessert.  Et pour 36€, je pense avoir profité d’un bon rapport qualité prix, avec de chouettes conseils et un côté bonne franquette qui me plaisait beaucoup. Un seul bémol, il n’y a pas d’option végétarienne,  j’avoue ne pas avoir demandé explicitement si on pouvait créer des plats à la demande mais avoir au moins un plat à la carte me semble un oubli dommage.

J’ai bien l’intention d’y retourner, cette fois ci avec des amis car j’en connais quelques-uns qui vont se lécher les babines et vont aimer la carte des vins…

A bientôt,

 

La fondue généreuse? Lyly’s fondue

Nous avons découvert l’asiatique nouvelle génération. Cette formule, c’est le patron lui-même qui la clame fièrement.

Au cœur de Bruxelles, se cache un petit resto qui ne paye pas spécialement de mine à l’extérieur, le regard est attiré par une enseigne lumineuse qui clignote en forme de caquelon, on s’approche et on découvre d’énormes buses d’extraction. C’est original comme déco, nécessaire pour une resto à fondues et surtout, c’est convivial.

Parfait pour une soirée entre potes!

Au menu du soir, 3 formules:
* Fondue Bourguignonne à volonté 19,90€/p
* Fondue asiatique sur réservation 24,90€/p (min 2 per )
* Fondue fromage 21,90€/p (min 2 per )

Donc pour (presque) tous les gouts puisque vous retrouverez aussi bien poisson que crustacés, viande ou encore fromages. Par contre, si vous êtes végétariens et que vous n’aimez pas le fromage ou si vous êtes végan, passez votre chemin.

Super généreux

Photo of Lyly's Fondue - Bruxelles, Belgium

Seule la fondue bourguignonne est définie comme à volonté, mais les portions des deux autres fondues sont tellement généreuses que l’on se demande si c’est réellement pour le nombre de couverts convenus.

La fondue asiatique varie en fonction du marché et le patron n’est pas avare en explication quand il s’agit de découvrir de nouveaux aliments comme par exemple le liseron d’eau.
Super variée elle comprend aussi bien des éléments terre que mer , un bouillon gouteux et un plutôt épicé. Bref, on en a pour son argent.

Une fondue aux fromages? Dans un asiatique? Voilà qu’elle fut la première réaction de Mr Beard quand il lut le menu. Celui-là même qui s’exclama quelques temps plus tard « le suisse en moi est perplexe, le gourmand conquis« .  A nouveau, la portion est ravissante pour les gourmands, le goût est travaillé, un vrai plaisir.

Je ne suis généralement pas convaincue par les fondues à volonté, estimant que trop souvent la viande y est médiocre, mais j’avais faim et envie de poulet. Me voici donc partie pour le fondue bourguignonne à volonté. Une petite salade arrive, pas mauvaise mais de mon point de vue aucun intérêt et je me demande si je ne vais pas tomber dans le piège traditionnel.  Des frites, quelques sauces et puis voilà la viande. Et là: bonne surprise: la viande est vraiment de bonne qualité. Bien sur, nous ne sommes pas chez Jack’O’Shea mais il ne s’agit pas de viande grasse sans intérêt ni de morceaux sans goûts.
Alors bien sur, ce n’est pas de la grande gastronomie, mais c’est un excellent rapport qualité prix et c’est difficile de ne pas y passer un bon moment.

Et pour ne rien gâcher, Monsieur, est un ancien sommelier, la carte est donc intéressante et le vin du patron a du goût. Nous avons eu l’occasion de gouter un sud-africain intéressant. Autant le dire tout de suite, il n’a pas fait l’unanimité, mais perso je le trouvais excellent. Je me laisserai tenter par une de ses recommandations la prochaine fois.

Et d’ici quelques semaines, une nouvelle carte devrait faire son apparition avec une dizaine de gin et le double de whisky, si ca c’est pas du plaisir ?

Bref, j’y retournerai pour des soirées sans prise de têtes entre copains et j’ai vraiment très hâte d’y aller sur l’heure de midi pour y déguster leur pho et bun bo hue.

Ca y est, d’écrire cet article, j’ai déjà envie d’y retourner.

Ps: photos toutes extraites de Yelp : https://en.yelp.be/biz_photos/lylys-fondue-bruxelles-2

L’Avenue: un restaurant où le client est roi

avenue

Quand on passe devant, l’Avenue à Nivelles on voit tout de suite que c’est un restaurant qui se veut gastronomique. Pourtant, une fois passé la porte, l’ambiance tranche avec ce premier aperçu.
On ne trouve pas le côté huppé souvent présent dans les restaurants haut de gamme, et il y règne comme un côté bon enfant. La décoration est simple mais quelques touches sont bien pensées pour vous rappeler que vous venez y déguster des produits hauts de gamme, comme cette superbe cloche de gros sel dans laquelle trônent de belles truffes qui attire notre regard dès l’entrée.

Le serveur est aimable et non seulement ne nous adresse aucun reproche pour notre demi-heure de retard mais en plus nous laisse choisir notre emplacement, ce qui n’est pas si courant dans ce type de restaurant. Et je dois dire, c’est apprécié.

Avec Miss Cheerfull , on s’installe sur une banquette et pas à proximité de la cuisine. Le serveur nous avertit directement qu’en + de la généreuse carte on retrouve deux suggestions d’entrées à la truffe pour le moment.  On hésite et délaisse les menus pourtant fort intéressants pour la suggestion de carpaccio de bœuf avec truffe rappée en entrée et un cuberroll irlandais accompagné d’une poêlée de légumes en plat.

Avant d’entamer les choses sérieuses, on nous présente un duo de mises en bouche: une tuerie! Ca s’annonce d’extrêmement bonne augure: une petite soupe gourmande accompagnée de parmesan et une mini salade de quinoa où l’assaisonnement est tout simplement à tomber: équilibré, subtil, un peu audacieux.

Ca y est, notre commande arrive : niveau visuel rien à redire, c’est bien travaillé, les deux plats sont généreux. Pour un restaurant de ce type, je dois avouer que je suis surprise que le serveur n’annonce pas les plats ni ne les commente, mais peut-être que cela fait partie de la stratégie pour ne pas retrouver le côté hautain de certains restos. Ca n’aurait pas fait de tort, je trouve.

Le garçon amène la truffe et la rappe très généreusement au dessus de nos assiettes, il faut l’avouer , ca fait plaisir. Par contre, niveau goût petite déception: oui, c’est très bon, oui les tranches de carpaccio sont parfaites, coupées à la bonne épaisseur. En fait, d’un point de vue technique cela semble parfait, mais je trouve le bœuf un peu fade, un peu comme si on vous servait un bleu blanc belge quand vous espériez un holstein. Idem au niveau de la truffe, elle est bonne, il ne me semble pas que cela soit de la chinoise, mais on sent un peu trop le gros sel et son goût reste un peu trop subtil: dommage.  Une très bonne entrée donc, mais personnellement je la trouve un tout petit peu décevante et du coup un peu trop chère du haut de ses 22€.

Pendant ce temps là, nous accompagnons ces douceurs d’un Graves Haut Sèves 2014. Je me juge très débutante au niveau de l’œnologie, mais je dois avouer que Miss Cheerfull et moi ne sommes pas mécontentes. Pour 34€, on fait plutôt une belle découverte. Et si le vin apparaît un tout petit peu frais à la première gorgée, il semble parfait dès le verre suivant. La carte des vins est assez sympa et soignée, il faut le reconnaître.

Nous passons au plat après un délai d’attente correct, même si un peu affamées nous n’aurions pas été contre le recevoir un chouia plus tôt. Et là, juste devant nous se dresse un magnifique, généreux, cuberoll irlandais. Un morceau comme on aime les voir, où on sait que si on ne mangeait que la pièce de viande, on aurait déjà plus faim pour les prochaines heures, où un petit morceau de gras traîne fièrement annonçant une viande goutue. L’assiette est belle, on y retrouve 2 minis morceaux de pomme de terre parfaitement rissolées et une petite portion de légumes poêlés. Les légumes étaient parfaits, croquants à souhaits, une belle recherche dans leurs complémentarité, un seul petit regret la portion aurait pu être plus généreuse (quitte à diminuer un peu la taille de la viande).
C’est là, où nous passons au très gros point fort du restaurant, lorsque le garçon revient à la fin du plat demander si cela nous a plu, je me permets de présenter un constat un peu nuancé en annonçant que même si le plat était extrêmement bon,  j’aurai trouvé cela intéressant que la poêlée de légumes soit plus généreuse surtout quand elle faisait partie de l’intitulé sur la carte. Le serveur se confond en excuses, revient après en avoir informé le chef et nous annonce que si on avait fait la remarque pendant le plat, nous aurions eu une deuxième portion directement. Taquine, Miss Cheerful en remet une couche signalant que maintenant je suis mal à l’aise. Les plats étant copieux, nous refusons la carte des desserts. Quelle n’est pas notre surprise quand le serveur nous amène un très grande crème brûlée avec un peu de beurre salé, avec les compliments du chef. Je ne fais pas les commentaires dans le but d’avoir un dédommagement, juste dans l’espoir qu’ils soient pris en compte pour qu’une prochaine fois je trouve l’expérience encore meilleure, mais il faut avouer que quand directement on essaye de pallier au manquement, on se sent comme un petit coq en pâte et la crème brûlée ne m’en a semblé que meilleure.  Quelques minutes plus tard, le chef débarquait pour savoir comment nous allions et s’excuser. A mon tour de lui présenter mes excuses, je n’avais pas trouvé ca mauvais, juste je pensais qu’on pouvait le rendre excellent.  Bref, un restaurant qui sait prendre les commentaires constructifs, qui est réactif et qui met le client au centre, moi je dis OUI!

A la sortie, on en discute avec Miss Cheerful et on tombe d’accord sur une conclusion: un très bon resto, un excellent service. On regrette toutes les deux de ne pas avoir pris le menu, qui nous serait revenu moins cher ce qui nous aurait semblé plus en ligne avec la qualité de ce qui était servi. Perso, j’y retournerai sans souci si on me le propose, les amateurs de proportions généreuses et de travail bien faits seront ravis, ceux qui ont les papilles sensibles y trouveront leur compte mais ce n’est pas spécialement moi qui proposerait d’y aller.

Merci au chef pour son ouverture d’esprit.

Bon app!

FF

Eslava : tapas premium à petits prix

oeuf bollet

Quand on aime manger et la débauche de goûts, les tapas semblent une bonne alternative à un repas traditionnel pour picorer de multiples plaisirs.
Mais aussi sympa que cela puisse être, il s’agit plus souvent de grignotage gras et peu raffinés que de cuisine bistronomique.

Evidemment, l’Espagne compte sa part de bar à tapas huppés, mais il s’agit généralement de tapas simples à prix coquets traitant des aliments plus nobles.

Pas à l’Eslava, au cœur de Séville, où dans une petite salle sans prétention, se joue un véritable opéra de saveurs pour les papilles et où c’est la virtuosité du/des chef.fe.s qui fait tout l’intérêt du lieu.
Para beber ou para commer: car le sommelier est tout aussi compétent que le cuistot et nous trouver juste ce qu’il faut en découverte abordable niveau vin.

Le plat signature? L’œuf cuisson lente sur cake de bolet à la réduction de vin. Une tuerie! Et seulement pour 2,9€. La preuve que gastronomie n’est pas toujours synonyme de luxe.
Ce plat a fait couler beaucoup d’encre vu qu’il a notamment gagné le prestigieux 1er prix du “Sevilla en Boca de Todos” 2010, je ne suis donc pas convaincue que c’est ma plume mal assurée qui le décrira à sa juste valeur.
Fermez les yeux et laissez votre imagination galoper: une subtile odeur de champignons des bois se mélange au côté sucré du vin, vous ouvrez les yeux et tombez face à un jaune d’œuf parfaitement cuit, au cœur crémeux et coulant , déposé en douceur sur un cake moelleux au gout subtil de bolet. L’assaisonnement est parfait, pas un instant il ne vient à l’esprit d’y rajouter sel ou poivre, tellement le côté sucré salé est bien dosé. Difficile de ne pas succomber à la tentation en en reprenant directement un deuxième.

C’est peut-être bien le moment de planifier votre prochain city-trip…

XoXo,

FF

Ps: si vous voulez venir avec vos enfants, pas de souci: tout est prévu pour eux

 

A l’aventure : Magic Mushroom

 

mushroom

Que cela soit dit: je suis fan de champignons! Que l’on me parle de simples champignons de paris ou de truffes, je commence déjà à saliver.
J’aurai bien du mal à vous dire si je préfère les cèpes ou les girolles, même si la relative rareté du premier en produit frais fera pencher mon coeur dans la balance au resto. Mon frigo contient régulièrement des shiitakés et des pleurotes, mes armoires des trompettes de la mort sechées ou des morilles.

Cette courte note a donc pour vocation à rassembler ce que j’aimerai explorer à l’avenir en terme de champignons.
Vous connaissez d’autres champignonières, ceuillettes ou moments intéressants? N’hésitez pas à les partager!

Restos

Le café des spores: brasserie bruxelloise spécialisée en champignons de l’entrée au dessert : http://www.cafedesspores.be/home/food.html
Menu 3 services: 36€ : disponible en végé, terre ou mer

Origine

Les champignognières commencent à pousser partout en ville. Si vous ne l’avez pas encore lu, n’hésitez pas à parcourir l’article sur le champignon de Bxl.
Dans la même trempe, et précurseurs du champignon de Bxl, une initiative intéressante a vu le jour en 2014: Permafungi qui a pour but de développer des pleurotes sur du marc de café, ou comment faire de l’économie circulaire urbaine. En 3 ans: ils ont déjà recyclé 44 tonnes de marc de café et produit près de 10.000kg de pleurotes.

Une belle initiative que j’ai hâte de découvrir sur place.

Miam?
Je n’ai encore jamais gouté ni de mousserons, ni de rosé des près, et vous les foodies: qu’en pensez-vous?

Le saviez-vous?
Il semblerait qu’en Europe, la Belgique soit la troisième en terme de diversité de champignons.

 

Salut les bolets,

FF

PS: Comme tous les articles de la catégorie « Et si le meilleur était à venir? », il sera édité au fur & à mesure des découvertes ou nouvelles envies

Photo empruntée à inquisitr